[Les cadrans solaires d'Emile Vilaplana]

[Les cadrans solaires d'Emile Vilaplana]
droitsCreative Commons - Paternité. Pas d'utilisation commerciale. Pas de modification.
localisationBibliothèque municipale de Lyon / P0740 FIGRP00216 004
technique1 photographie négative : noir et blanc ; 36 x 24 mm
historiqueA Vénissieux, dans un lotissement, une maison silencieuse en pleine conversation avec le soleil... A quoi tient ce lien permanent de l'étrange demeure avec la boule incandescente ? L'architecture étire ses quatre murs vers le ciel, plein de lumière. Pour écouter le coeur de cette maison, il faut la regarder. En faire le tour, la tête en l'air, car elle affiche de façade en façade, le monde mystérieux des cadrans solaires. Dans ce petit coin de Vénissieux, celui qui ausculte le soleil dans sa course, s'appelle Emile Vilaplana. L'artisan et maître des lieux connaît le langage du temps solaire. Son horloge interne s'est poétisée, il y a huit ans, au moment de sa retraite. Depuis, il construit des cadrans, des tables d'orientation, exécute des commandes publiques comme privées. Membre de la société astronomique de France, Emile Vilaplana est un des rares artisans de la région Rhône-Alpes à connaître les techniques de précision et le savoir-faire nécessaires à la réalisation des cadrans solaires. L'artisan, dans son atelier de la route de Corbas, accumule dossiers, documentation, photos, plans. Son érudition tient de la passion. Pour concevoir et réaliser un cadran solaire, l'autodidacte cumule plusieurs pratiques. La gnomonique, l'art du dessin, la technique de la fresque, de la céramique. Avec son fort accent espagnol, Emile Vilaplana exprime un désir farouche de partager sa passion. Aussi, l'amoureux du soleil se démène-t-il pour sensibiliser les Lyonnais, en exposant quelques unes de ses nombreuses oeuvres. Eurexpo, la foire de Lyon ont vu son stand assiégé par les visiteurs curieux. Et il y a de quoi. Source : "Le temple du soleil" / Catherine Guinard in Lyon Figaro, 23 juin 1989, p.48.
note à l'exemplaireCe reportage photographique contient 24 négatifs.
note bibliographiqueSite Internet : http://www.ens-lyon.fr/RELIE/Cadrans/Paul/SiteRhone/ (consulté le 02-03-2015). - "Cadrans universels géographiques" / Alain Ferreira in L'Astronomie, revue de la Société Astronomique de France (SAF), no.12, septembre 2003. - "Un cadran équatorial d'Emile Vilaplana" / Emile Vilaplana in L'Astronomie, revue de la Société Astronomique de France (SAF), no.35, février 2006. - "Collection des maquettes de E. Vilaplana" / Paul Gagnaire in Cadrans-Infos, no.8, 2003. - "Le Cadran de Saint-Priest" / Emile Vilaplana in Cadrans-Infos, no.13, 2006.

Retour