[Docteur Jacques Geneletti, maire de Modane (Savoie)]

[Docteur Jacques Geneletti, maire de Modane (Savoie)]
droitsCreative Commons - Paternité. Pas d'utilisation commerciale. Pas de modification.
localisationBibliothèque municipale de Lyon / P0741 FIGRP00088 002
technique1 photographie négative : noir et blanc ; 24 x 36 mm
historiqueVue de l'extérieur, la Savoie apparaît souvent comme un havre de prospérité. Une impression qui n'est pas démentie par les chiffres, la croissance de son économie étant supérieure à la moyenne nationale. L'impact des jeux Olympiques d'Albertville n'est pas étranger à ce phénomène. Tout serait parfait si l'avenir de Modane ne posait pas problème. La ville de Haute-Maurienne ne faisait quasiment jamais parler d'elle jusqu'à ces dernières années. Elle avait bien fait une ou deux fois la Une de l'actualité à l'occasion de manifestations de soutien de la population à Pierre Schnebelen, le promoteur qui a lancé Valfréjus au début des années 1980. Mais en dehors de cela, c'était le calme plat. Les douaniers contrôlaient sans excès de zèle. Les cheminots composaient les trains dans la gare de triage très active. La Police de l'air et des frontières s'efforçait de pincer les trafiquants en tout genre à la sortie du tunnel du Fréjus. Et les transitaires, qui se bousculent dans cette haute vallée de la Maurienne, se réjouissaient de voir le nombre des poids lourds circulant dans la vallée - on en est à 2200 par jour (en 1989) - régulièrement progresser. Modane a donc tout pour être une de ces petites villes de montagne prospère et cela aurait pu continuer encore longtemps, si des fonctionnaires n'avaient eu l'idée de pondre un article de l'Acte unique européen qui prévoit la libre circulation des biens, des personnes et des capitaux à partir du 1er janvier 1993... Source : "Modane traumatisé" / Ch. D. in Lyon Figaro, 29 mai 1989, p.22.
note à l'exemplaireCe reportage photographique contient 5 négatifs.

Retour