[Communiqué de presse Rhône-Poulenc]

[Communiqué de presse Rhône-Poulenc]
droitsCreative Commons - Paternité. Pas d'utilisation commerciale. Pas de modification.
localisationBibliothèque municipale de Lyon / P0758 FIGRP00080 002
technique1 photographie négative : noir et blanc ; 24 x 36 mm
descriptionDe gauche à droite : Jean-Marc Bruel, directeur général de Rhône-Poulenc, et Jean-Marie Guichard, directeur de l'usine de Saint-Fons Silicones.
historiquePour le commun des mortels, le mot silicone n'est pas particulièrement parlant. Il n'évoque rien de bien concret et pourtant, sous ce vocable, se cachent des matériaux aux multiples applications. Les silicones s'obtiennent par adjonction de sable, d'énergie et de beaucoup de matière grise. Le tout se présente soit sous forme liquide, soit sous forme de masse élastomère de souplesse variable. Ces matériaux peuvent être considérés comme une véritable "potion magique" qui sert aussi bien dans le bâtiment, la santé, les transports, la protection de l'environnement. A titre d'exemple, les silicones sont utilisées comme pare-feu dans les constructions. D'autre part, ils peuvent aussi être utiles pour consolider des murs, restaurer des monuments historiques (Arc de Triomphe à Paris), traiter des plaies superficielles (brûlures), ou servir à la fabrication de produits cosmétologiques. Depuis 1953, Rhône-Poulenc fait partie des acteurs majeurs du développement des silicones. En 1989, il se situe au troisième rang mondial derrière deux Américains, Dow Corning et General Electric. Mais avec un chiffre d'affaires de 2,2 milliards de francs, 1600 personnes réparties dans 80 pays et 11% du marché mondial, le groupe français détient la place de premier européen. Un rang qu'il compte bien confirmer dans les années à venir. Source : "Rhône-Poulenc investit dans les silicones" / Jean-Pierre Vacher in Lyon Figaro (cahier saumon), 27 mai 1989, p.13.
note à l'exemplaireCe reportage photographique contient 32 négatifs.

Retour