[Rassemblement pour la prière de l'Aïd-El-Kébir à Gerland]

[Rassemblement pour la prière de l'Aïd-El-Kébir à Gerland]
droitsCreative Commons - Paternité. Pas d'utilisation commerciale. Pas de modification.
localisationBibliothèque municipale de Lyon / P0741 FIGRPT sans cote
technique1 photographie positive : tirage noir et blanc ; 24 x 18 cm (épr.)
descriptionAdresse de prise de vue : Plaine de Jeux de Gerland, 405 avenue Jean-Jaurès, Lyon 7e.
historiqueLa première pierre de la mosquée de Lyon sera bien posée le 14 juin 1992. L'Aclif n'entend pas renoncer à cette manifestation, ont expliqué les dirigeants de l'Association culturelle lyonnaise islamo-française qui s'expliquaient publiquement, pour la première fois, depuis qu'ont été lancées les invitations pour la cérémonie. Cette première manifestation de l'existence physique du lieu de culte musulman semblait fortement compromise, le 11 juin au soir, à l'issue de l'entrevue que les trois principaux dirigeants de l'Aclif, Badr Eddine Lahnèche, Rabah Khéliff et Kamel Kabtane, ont eue avec Michel Noir, Jean-François Mermet et Alain Jakubowicz. Le maire de Lyon avait, dès l'ouverture du conseil municipal, décliné l'invitation à la cérémonie, tant que l'intégralité des fonds nécessaires à la construction, ainsi que leur provenance, ne serait pas connue. Comme l'engagement en avait été pris. Des propos qui avalent suscité des réactions de part et d'autres des bancs du conseil municipal. De leur côté, les membres de l'Aclif n'ont fait aucune déclaration à la sortie de l'entrevue qu'ils ont eue avec le maire de Lyon. Pourtant, le matin même, ils avaient tout fait pour faire sentir la nécessité de la construction de la mosquée, à l'occasion de la prière de l'Aïd-El-Kébir, dans une salle de la plaine de Jeux de Gerland habituellement réservée aux assemblées générales sportives. Quatre cents fidèles se sont retrouvés, parmi lesquels le consul d'Algérie, et la cérémonie a été retransmise en direct sur radio Salam. Source : Lyon Figaro, 12 et 13 juin 1992.

Retour