[Quartier des Etats-Unis : la partie de pétanque sur la...

[Quartier des Etats-Unis : la partie de pétanque sur la place Arrachart]
droitsCreative Commons - Paternité. Pas d'utilisation commerciale. Pas de modification.
localisationBibliothèque municipale de Lyon / P0740 FIGRPTL0199 03
technique1 photographie positive : tirage noir et blanc ; 12,5 x 17,5 cm (épr.)
historiqueLe 18 juin 1990, les habitants du quartier des Etats-Unis sont invités à participer au baptême du "Jardin René-et-Madeleine-Caille", célébré par Michel Noir et ses partenaires de la municipalité, sur la place qui porte depuis une bonne dizaine d'années, le nom provisoire de Ludovic-Arrachart. Cette nouvelle et officielle dénomination donnée à cet espace, situé en plein coeur du quartier de Tony-Garnier, a été votée lors du conseil municipal du mois de mai 1990. Au grand dam des anciens combattants et habitants du secteur auxquels on avait promis de donner à cette place un "nom commémorant un événement important, relatif aux mouvements de la Résistance durant la Seconde Guerre mondiale". Au début de l'année, "je me suis effectivement engagé auprès des anciens combattants pour que l'actuelle place, dite Arrachart, prenne le nom de place de l'Appel-du-18-juin-1940", reconnaît le maire du 8e. Henri Vianay serait même allé jusqu'à suggérer que le buste du général De Gaulle, installé à la mairie locale, soit transféré et disposé au centre du square. "Nous étions tous d'accord. La concertation avait été bonne entre habitants et élus", souligne Louise Eigeldinger, ancienne résistante des Etats-Unis, membre des Force françaises intérieures durant la guerre. "Le gymnase prévu sur la place Arrachart n'étant pas construit, là place restait un espace libre. L'idée était de lui donner un nouveau nom : la place des Martyrs-de-la-Résistance. Mais ce nom était celui d'un site vers l'avenue Georges-Pompidou dans le troisième arrondissement. Henri Vianay a alors proposé L'Appel-du-18-juin-1940". Seulement voilà : un autre Henry, celui de l'Urbanisme "a dit non", lache le maire du 8e, "Chabert a expliqué que l'actuelle place Charles-De-Gaulle à La Part-Dieu prendra cette dénomination et qu'un site plus important et bien situé (NDLR : du côté de la Cité Internationale, quai Achille-Lignon) devrait s'appeler Charles-De-Gaulle... Dans le projet d'aménagement de la place, les résistants auront tout de même droit à une stèle commémorative". Dans cet imbroglio de projets de baptême, la mairie a fini par retenir la dénomination de Jardin René-et-Madeleine-CaiIle". "Pour les anciens résistants, c'est très décevant. Même si René et Madeleine Caille méritent amplement qu'on leur rende hommage, précise Eddie Gilles, président du Comité d'intérêt local des Etats-Unis. Ce qui est triste, c'est que, jamais dans le quartier, les habitants ne parlerons du Jardin René-et-Madeleine-Caille, parce qu'ils ne se sentent pas concernés. On continuera à l'appeler Arrachart". Source : "Une décision sans Appel" / S.M. [Séverine Meille] in Lyon Figaro, 18 juin 1990, p.6.
note à l'exemplaireNégatif(s) sous la cote : FIGRP01876.
note bibliographique"C'est un jardin..." / Séverine Meille in Lyon Figaro, 18 juin 1990, p.8. - "Le jardin du souvenir" / S.M. [Séverine Meille] in Lyon Figaro, 19 juin 1990, p.2.

Retour