[Campagne pour les élections municipales de 1989 : les...

[Campagne pour les élections municipales de 1989 : les têtes de liste de "Ensemble mieux vivre Lyon"]
droitsCreative Commons - Paternité. Pas d'utilisation commerciale. Pas de modification.
localisationBibliothèque municipale de Lyon / P0741 FIGRPTL0114 02
technique1 photographie positive : tirage noir et blanc ; 12,5 x 17,5 cm (épr.)
descriptionDe gauche à droite, au premier rang : Jean-Michel Dubernard, Michel Noir et Henry Chabert. Debout, au second rang : René Caille, Jacques Oudot, Marie-Chantal Desbazeille, André Bourgogne, Gabriel Caillet et Albéric de Lavernée. Inscription(s) sur l'image : "Ensemble [m]ieux vivre [Lyon]".
historiqueLe 2 février 1989, Michel Noir a rendu public les noms des personnalités qui conduiront ses listes dans les neuf arrondissements de Lyon. Choisis selon des critères de "capacité de travail, de connaissance du fonctionnement des divers niveaux des structures locales et de capacité de décision, ils ont tous une expérience d'élus". Ces neuf-là ont été choisis par un comité d'investiture, de quoi faire de déçus. Pour l'heure, les neuf sont donc connus avec une surprise, la tête de liste du septième arrondissement confiée à Marie-Chantal Desbazeille. Parmi les noms qui circulaient, le sien n'avait été que très peu cité. Dans le premier arrondissement la désignation de Christian Gelpi était attendue. Avec la mise à l'écart de Marie-Françoise Frobert, la situation sur les pentes de la Croix-Rousse était devenue délicate à gérer. Il appartiendra au conseiller municipal sortant, président du Comté des fêtes, de conduire une liste de renouvellement. Dans le deuxième arrondissement, la désignation d'Albéric de Lavernée s'inscrit dans la logique des chose. Plus surprenante est celle d'André Bourgogne dans le troisième arrondissement. L'ancien secrétaire fédéral du rassemblement qui avait dû laisser son poste à Serge Guinchard, avait donné le sentiment de prendre un peu de distance avec le mouvement. Cette désignation en tête de liste du troisième est, à l'évidence, un signe de confiance renouvelée. Sur le plateau de la Croix-Rousse, Gabriel Caillet est installé dans sa légitimité de "maire de la Croix-Rousse". Sur l'autre colline, celle de Fourvière, Jacques Oudot conduira donc la liste du cinquième. Dans le sixième, c'est Jean-Michel Dubernard, promu également coordonnateur de la rédaction des plates-formes, qui va conduire l'équipe. La surprise du septième est donc Marie-Chantal Desbazeille. On avait beaucoup donné le nom de Serge Guinchard, c'est finalement une mère de famille qui a été retenue. René Caille pour le huitième et Henry Chabert pour le neuvième viennent compléter la liste avec, pour ce dernier, un titre de porte-parole de Michel Noir. Quant au député de la Croix-Rousse, il n'a pas encore définitivement fixé l'arrondissement dans lequel il va se présenter. Il hésite encore entre le sixième, le troisième et le septième. Source : "Les neuf de Noir" / J.P. [Jeanine Paloulian] in Lyon Figaro, 3 février 1989, p.2.
note bibliographique"Noir maintient le suspense..." / Françoise Vacher in Le Progrès de Lyon, 3 février 1989.

Retour