[Le Cinéma "Le Bellecour"]

[Le Cinéma "Le Bellecour"]
droitsCreative Commons - Paternité. Pas d'utilisation commerciale. Pas de modification.
localisationBibliothèque municipale de Lyon / P0741 01450
technique1 photographie positive : tirage noir et blanc ; 24 x 18 cm
historiqueC'est dans l'angle de la petite place Le Viste qu'ouvre en 1906 la première salle lyonnaise consacrée à part entière au cinématographe : Le Bellecour, qui peut accueillir 230 spectateurs. Après une période de fermeture provisoire en 1928 et 1931, le Bellecour se spécialise dans des films américains à la fin des années 1930. Devenu le Plaza (1953), puis Le Festival (1963) - où l'on projetait notamment des films érotiques - le cinéma retrouve son nom originel en 1971 lors de sa reprise par les frères Lapouble. Entièrement rénové l'année suivante, François Truffaut était venu à Lyon (re)baptiser cette salle, dont il était le parrain. En octobre 1986, il s'en est fallu d'un rien que cette salle lyonnaise ne disparaisse comme tant d'autres salles lyonnaises. Le Bellecour semblait en effet le prochain visé par l'avancée des "fast foods" au coeur de la Presqu'ile. Mais les propriétaires, Jacques et Pierre Lapouble, qui exploitent également plusieurs salles à Lyon (Comoedia, Astoria, Ambiance, Gemeaux...), ont su résister. Et pour bien montrer aux acheteurs potentiels qu'il ne servait à rien de revenir à la charge, ils ont choisi de moderniser le cinéma de la place Le Viste en installant une enseigne lumineuse qui se voit de loin. A l'ère des multi-salles, son statut de salle unique le fragilise cependant et le condamne à une fermeture inéluctable. Le 9 janvier 1990, c'est la dernière séance avec "Joyeux Noël, bonne année", le film de Comencini... La fermeture du Bellecour allonge ainsi une liste déjà trop longue à cette époque : Le Chanteclair et le Royal, en juillet 1985, et le Tivoli, en juillet 1986, pour ne citer que les grandes salles. Avec ses 800 mètres carrés, l'une des plus anciennes salles de Lyon est annexée par l'enseigne La Fnac, qui projette d'y développer plus particulièrement son rayon technique (audio et vidéo) et d'y aménager un nouveau forum de 150 mètres carrés pour ses expositions et conférences.
note à l'exemplaire"Les cinéphiles ont eu chaud" in Lyon Figaro, 2 octobre 1986, p.6. - "Rideau sur le Bellecour" / J.M.D. in Le Progrès de Lyon, 10 janvier 1990, p.13. - "Fin de séance pour le Bellecour" / Laurence Salignat in Lyon Matin, 11 janvier 1990, p.2. - "La FNAC s'étend pour 32 millions" / M.D. in Le Progrès de Lyon, 12 avril 1990, p.8.

Retour