[Le jardin archéologique Girard Desargues]

[Le jardin archéologique Girard Desargues]
droitsCreative Commons - Paternité. Pas d'utilisation commerciale. Pas de modification.
localisationBibliothèque municipale de Lyon
technique1 photographie numérique : couleur
historiqueQue faire de la maison du Chamarier ? La question est l'un des thèmes récurrents abordés quand on évoque le Vieux-Lyon. En d'éternels travaux, ce petit bâtiment de la rue Saint-Jean, tout près de la Primatiale, conserve belle allure malgré les déprédations de toutes sortes qui se sont abattues sur lui... même à des époques très récentes. Ce bâtiment du XVe siècle, classé monument historique dès 1943, est aujourd'hui propriété de la Ville de Lyon. Un hôtel plutôt, puisque y résidait jadis, le très officiel chamarier, l'un des puissants chanoines-comtes de Lyon, chargé de veiller aux dépenses du chapitre, à la police et à la sécurité du cloître. Madame de Sévigné aimait à y descendre lors de ses escales lyonnaises, comme le souligna une plaque en façade... aujourd'hui mystérieusement disparue. L'école d'architecture de Lyon a décidé d'apporter sa contribution à un embryon de réponse en mettant ses élèves du troisième cycle sur la piste d'une "restauration et extension de la maison du Chamarier et aménagement paysager du jardin archéologique Girard Desargues", en fait un jardin qui côtoie, parallèlement l'arrière de la maison (en fait flanquée d'un petit édifice médian peut important), consécutif au chantier qui permit il y a quelques lustres de retrouver les bases de l'ancien groupe épiscopal, le baptistère Saint-Etienne et l'église Sainte-Croix. Restes qui sont aujourd'hui offerts à toutes les intempéries. Source : "Du neuf à l'ancien" / Gérard Corneloup in Lyon Figaro, 22 juin 2004, p.3.

Retour