[Romain Ferrari, directeur général du groupe Serge Ferrari]

[Romain Ferrari, directeur général du groupe Serge Ferrari]
droitsCreative Commons - Paternité. Pas d'utilisation commerciale. Pas de modification.
localisationBibliothèque municipale de Lyon
technique1 photographie numérique : couleur
historiquePour exploiter un brevet développé conjointement avec Solvay, la société Ferrari va créer une nouvelle unité sur le site de Rhodia au Péage-de-Roussillon. Cette unité dédiée au recyclage de textile enduit va nécessiter 60 millions de francs d'investissements. Elle sera opérationnelle en 2002. Les préoccupations environnementales de Ferrari ne vont pas tarder à se traduire par un apport substantiel de chiffre d'affaires pour l'entreprise. La société basée à la Tour-du-Pin, spécialiste du tissu enduit précontraint, vient de décider la construction d'une nouvelle unité industrielle sur le site de Rhodia au Péage-de-Roussillon. Cette usine, qui sera opérationnelle en 2002, sera destinée à exploiter le tout nouveau brevet "Vinyloop", déposé conjointement, en 1998, par l'entreprise iséroise et le géant belge Solvay. Vinyloop permet à l'entreprise de recycler les toiles enduites inutilisées et de les valoriser sous forme de polyester et de PVC. Concrètement, le procédé se compose d'une première phase de broyage de la toile. Divers processus chimiques permettent ensuite de séparer et de purifier les composants de la toile - l'armature tissée en polyester et l'enduit en PVC - pour obtenir, au final une fibre polyester très pure et un compound de PVC aux grandes qualités mécaniques. Source : "Ferrari met 100 millions sur son brevet Vinyloop" / François Sapy in Lyon Figaro, 27 octobre 2000, p.8.

Retour