[Place Tolozan : statue du maréchal Suchet]

[Place Tolozan : statue du maréchal Suchet]
droitsCreative Commons - Paternité. Pas d'utilisation commerciale. Pas de modification.
localisationBibliothèque municipale de Lyon / P0546 SA 14-28
technique1 photographie positive : tirage noir et blanc ; 17 x 23 cm
descriptionA droite : l'ancien pont Morand en bois.
historiqueCe n'est qu'en 1853, c'est-à-dire 27 ans après la mort de Louis-Gabriel Suchet, duc d'Albuféra et maréchal de France, que la résolution de lui élever une statue fut définitivement prise par la Ville de Lyon. Jusqu'à cette date, un buste en marbre, placé dans l'une des salles du musée Saint-Pierre, et la dénomination de "cours Suchet", appliquée à l'une voies de communication de la ville, avaient été les seuls hommages rendus par la cité lyonnaise à l'un de ses enfants. Au mois d'octobre 1852, la direction des Beaux-Arts fit offre à la ville de Lyon d'une statue en bronze du maréchal Suchet, à la condition que l'administration municipale assignerait à cette statue un emplacement convenable et se chargerait des frais du piédestal, ce qui fut accepté en février 1853 par la commission municipale. Quelques mois plus tard, un décret impérial autorisant l'érection de la statue parut au Moniteur. Un temps envisagée sur la nouvelle place Impériale ouverte en janvier 1854 - actuelle place de la République - , l'administration municipale renonça finalement à cet emplacement au profit de la place Tolozan, voisine de la maison où Suchet passa les premières années de sa jeunesse. Augustin-Alexandre Dumont, Grand Prix de Rome en 1823, fut choisi pour l'exécution du monument qui fut coulé en bronze par les ateliers Eck et Durand et placé sur un large socle de 2,20 mètres de largeur (détruit en janvier 1945). L'ensemble, ceint d'une grille en fonte due au crayon de Desjardins, fut inauguré le 15 août 1858 (fondue en 1944). Source : "Monument du maréchal Suchet" / Louis Accarias in Le Salut Public, 15 août 1858.
note à l'exemplaireTirage de Guy Borgé.
note bibliographiqueCourrier de Lyon, 16 mars 1858.

Retour