[Maison G. Thénoz (Galeries Montebello), magasin...

[Maison G. Thénoz (Galeries Montebello), magasin d'articles de ménage]
droitsCreative Commons - Paternité. Pas d'utilisation commerciale. Pas de modification.
localisationBibliothèque municipale de Lyon / P0546 S 2224
technique1 photographie négative sur verre : noir et blanc ; 18 x 24 cm
descriptionInscription(s) sur l'image : "Galeries Montebello" ; "Articles de ménage et de limonadiers" ; "Faïence / Verrerie / Porcelaine" ; "Maison G. Thenoz". Adresse : Maison G. Thénoz, 6 rue Montebello (angle de la rue Mortier), Lyon 3e.
historiqueEn septembre 1922, à l'occasion de la mise en lumière par l'électricité de la rue de Montebello jusqu'alors consacrée au commerce, le journaliste Antoine Deschavannes (1863-1931) en donnait la description suivante : "On peut ne pas connaître la rue du Juge-de-Paix, le chemin des Grenouilles ou la rue Alexandre-Luigini, mais nul ne saurait ignorer la rue Montebello, qui tira son nom du général Lannes, le vainqueur des Autrichiens en 1800, ce qui lui valut le titre de duc de Montebello. Un seconde fois le général Forey y battit les Autrichiens en 1859, alors que le village lombard n'était point encore italien. / Cette rue donc, située entre le cours Bourbon (aujourd'hui cours de la Liberté) et la place de la Victoire (qui, en 1862, se prénommait place Napoléon), est le passage tout indiqué des ménagères qui se rendent au marché du quai de la Guillotière. Elle est peuplée de boutiquiers, comme on disait jadis, et nulle voie lyonnaise n'est plus commerçante ni plus achalandée : elle reflète l'image des rues les plus peuplées et les plus passagère de Paris. / Les enseignes de ses magasins elles-mêmes rappellent les temps où le négoce était l'apanage de quelques quartiers. On y relève les noms archaïques de : Galerie du Bon Marché, Au Petit Pierre, Grand Bazar du Louvre, A la Ville de Beaucaire, Galeries Montebello, A la Tasse Bleue, Au Sabot Rouge, Halles Parisiennes, A la Confiance. Sans oublier l'enseigne du Gagne Petit, magasin dont le fronton s'orne d'un rémouleur que l'on voudrait voir au musée de Gadagne. Restaurants, boucheries, boutiques de fromages, on trouve de tout dans cette rue commerçante, voire même de fastueux magasins de chaussures, de nouveautés et une pharmacie du... Nouveau Lyon. / Or donc, la république de Montebello - Soviet commercial et économique béni des ménagères lyonnaises - où, durant toute la matinée, il y a foule autour des étalages tentateurs, se met à la page. Elle ne veut pas que, dès le crépuscule tombé, on la déserte ; aussi a-t-elle décidé de s'éclairer à giorno, pour la plus grande joie des chalands qui viendront y faire leurs achats. Une entente des commerçants réalisa ce miracle, et cette fête de l'étincelante lumière a commencé hier soir [23 septembre 1922] ; elle métamorphose positivement la rue Montebello. / Les vieux du quartiers, qui se rappelaient l'éclairage aux cheluts de l'ancien trou et des étaux du marché de la place de la Victoire, n'en croyaient pas leurs yeux éblouis ! Ce miracle de la Fée électricité se renouvellera tous les soirs. Elle assure désormais à la rue Montebello une clientèle nouvelle qui viendra dans la journée de travail s'approvisionner chez les commerçants de cette voie, dont la devise fut, de temps immémorial, de vendre bon et à bon marché." Source : "La Rue Montebello éclaire le monde" / A. D. [Antoine Deschavannes] in Lyon Républicain, 24 septembre 1922, ill.
historiqueAu cours des années 1930, la Maison Thénoz compte parmi les premiers commerces de la rue de Montebello. Les Galeries Montebello fondées par Georges Thénoz (1892-1973) répondent alors au désir curieux des ménagères toujours à l'affut du commode, du solide, et du bon marché. Ici, on peut prendre l'article en mains, on peut le tourner et le retourner sur toutes ses faces et ne se décider que lorsqu'on est certain de faire une bonne affaire. Sur le trottoir, c'est un amas de tasses à quatre sous, de cafetières et de théières à dix ronds, de faïence, de vaisselle et de porcelaine qui étincellent sur les rayonnages, de linoléum incrusté qui rivalise de fantaisie avec tout ce qu'il faut pour fournir les limonadiers en gros et en détail... Et il y en a pour toutes les bourses, le bel article voisinant souvent avec l'article ordinaire, mais toujours avec une seule devise : vendre bon marché pour vendre beaucoup !
note à l'exemplaireVoir aussi sous la cote : S 749.
note bibliographique"La rue Montebello" / [René Meunier] in L'Ecran lyonnais, 3 mai 1935, repro. - "Rue Montebello" / M.E.G. [Marcel-E. Grancher] in Le Mois à Lyon, 15 juin 1935, repro.

Retour