[Locomotive grand modèle "Lamm & Francq" au dépôt des Pins...

droits Creative Commons - Paternité. Pas d'utilisation commerciale. Pas de modification.
localisation Bibliothèque municipale de Lyon / P0546 S 1925
technique 1 photographie négative sur verre : noir et blanc ; 13 x 18 cm
historique L'origine du réseau à voie étroite de l'Est Lyonnais remonte à 1886, lorsque MM. Bailly, Duret et Peillon reçurent la concession d'un chemin de fer sur route reliant Lyon au village de Bron, dans sa banlieue Est. La Compagnie Lyonnaise de Tramways (C.L.T.) fut fondée à cet effet et ouvrit au cours de l'été 1889 deux lignes à voie métrique au départ du pont Lafayette : vers l'église de Bron, le 5 juillet, et vers Le Bachut (cimetière de Guillotière), le 11 août. Peu de temps après, la voie fut prolongée sur le pont Lafayette et le terminus lyonnais du réseau implanté en rive droite du Rhône sur la place des Cordeliers. Pour la traction de ses trains, la compagnie choisit la technique retenue à la même époque par la compagnie des Omnibus et Tramways de Lyon (O.T.L.) pour sa ligne de Vénissieux, celle des locomotives à vapeur sans foyer à système "Lamm & Francq". Pas moins de trente-sept unités furent mises en service : seize construites par les Ets. Henri Satre à Lyon, douze par Tubize et neuf par Fives-Lille. Vinrent compléter ce parc deux automotrices articulées à vapeur construites par les Ets. Pinguely à Lyon, dont c'était la première réalisation ferroviaire. Durant la dernière décennie du XIXe siècle, la C.L.T. entreprit d'étendre son réseau, non seulement vers les banlieues mais aussi dans les quartiers lyonnais en rive gauche du Rhône, ce qui suscita une forte inquiétude de la part de l'O.T.L. qui voyait ainsi son monopole contesté. C'est ainsi que la voie métrique desservit le parc de la Tête d'Or en 1895 et Montchat en 1896. En 1897, la ligne de Bron fut prolongée jusqu'au centre du village et 1899 vit l'ouverture d'une nouvelle ligne dont les deux branches terminales se séparaient aux Charpennes pour atteindre Cusset et Croix-Luizet. L'importance des investisements entrepris et la rude concurrence menée par l'O.T.L. mirent toutefois l'entreprise en difficultés financières. Aussi fut-elle rachetée en 1902 par un groupe d'investissements belges qui fondèrent la Nouvelle Compagnie Lyonnaise de Tramways (N.L.T.). Source : Sur les rails du Lyonnais : Les réseaux secondaires, tacots, ficelles et métro / José Banaudo, 2002, p.87-88.
historique Cette locomotive no.65, vue au dépôt des Pins de la C.L.T., fait partie d'un lot de douze unités livrées par la firme belge Tubize en 1894-1895.
note bibliographique Lyon en tram au temps de l'OTL / Jacques Perenon, Robert Chappelet et René Clavaud, 2014 [BM Lyon, 6900 Q PER]. - Les transports à Lyon : du tram au métro / Guy et Marjorie Borgé, René Clavaud, 1984, repr. p.59 [BM Lyon, 6900 Q BOR]. - Lyon en tram. 2 : La technique et les hommes / Jacques Pèrenon, René Clavaud et Robert Chappelet, 2019, p.99-101 [BM Lyon, 6900 Q PER - T. 02].

Retour