Ajout à votre bibliothèque

Pour pouvoir ajouter ce document à votre bibliothèque numérique, vous devez avoir un compte numelyo.

Créez ou connectez-vous à votre compte

L'inscription est gratuite et vos données personnelles ne seront en aucun cas communiquées à des tiers ou utilisées à des fins commerciales.


Fermer

Téléchargement

Nous vous proposons de télécharger :

La page en cours

Tout le document

Fermer

Partager


Lien permanent vers cette page

Partagez cette page sur les réseaux sociaux



Fermer

Contactez-nous



Fermer

aidez-nous à décrire ce document !

Si vous pouvez nous apporter des précisions concernant une date, un lieu, les circonstances ou les personnes représentées, indiquez-les dans ce formulaire.

N'hésitez pas à nous laisser votre nom et e-mail, ils ne seront pas rendus publics.

Merci !



Fermer

Poser une question

Si vous le souhaitez, vous pouvez poser une question relative à ce document aux bibliothécaires.

Le service du "Guichet du Savoir" est chargé d'y répondre en moins de 72 heures.

Rendez-vous sur www.guichetdusavoir.org pour poser votre question.

Fermer

page précédente
— 84 —
échafaudage d'amulettes s'écroule quelquefois de-
vant une simple plaisanterie; toute notion mo-
rale disparaît avec cette religion d'habitude, et la
servante, l'ouvrière isolées, sans direction dans
nos villes, y perdent souvent leur Dieu en même
temps que leur chapelet.
Ces résultats extrêmes devaient sortir forcé-
ment de l'excès de protection accordée aux cou-
vents, en [présence de l'abandon où végète l'en-
seignement séculier; la société recueille ainsi
les tristes fruits de toute négation d'un principe
de justice, car notre instruction spéciale resta
toujours en dehors des améliorations qu'on intro-
duisit dans l'enseignement primaire : quand l'école
mutuelle fut imposée aux garçons, on ne s'inquiéta
nullement de ce qu'apprenaient ou n'apprenaient
point les filles. En 1838 et 1840, l'Académie des
sciences morales et politiques proposa comme su-
jet d'un prix l'indication des meilleurs moyens
propres à perfectionner les écoles normales, rela-
tivement à l'éducation morale de la jeunesse. Les
concours furent fort riches, les palmes vivement
disputées, et l'on déclara la question parfaitement
résolue, quoiqu'on n'eût pas dit un seul mot sur
la lacune déplorable causée dans l'éducation des
femmes par l'absence de ces écoles pour les in-
stitutrices. Ces institutrices elles-mêmes sont si at-
tardées dans leur cause, que je ne sache pas
qu'aucune d'elles ait jamais eu la moindre con-
naissance ou le moindre souci de ces questions
brûlantes qui les concernent, et leur intelligence
sommeille tellement encore, que, si l'on me passe
page suivante

Libre - Licence Ouverte-Open Licence
Bibliothèque municipale de Lyon - 443086 - Lien catalogue