Cote : Lyon, Bibliothèque Municipale, Ms. 597

Auteur(s) : Raban Maur (0780 ? – 0856) / Rabanus Maurus

Texte(s) : Des louanges de la Sainte Croix / De laudibus sanctae Crucis [ In honorem sanctae Crucis]

Notice brève : Manuscrit du IXe siècle, écrit en semi-onciale de Tours, et contenant le De laudibus sanctae Crucis, œuvre de Raban Maur, constituée habituellement de deux livres (ici le deuxième est manquant), composée pour moitié en vers hexamètres et pour moitié en prose. Il est particulièrement remarquable par la disposition originale du texte en vers, où se forment des figures, le plus souvent géométriques, de telle manière qu’une fois assemblées les lettres constituant ces figures composent des mots en relation avec le sujet traité.

Autres appellations : Ancienne cote : Delandine 511

Période : Fin du IXe siècle.

Origine : Le scriptorium de Tours est avancé comme le lieu de la production de ce manuscrit par la plupart des spécialistes, en raison de l’utilisation de la semi-onciale qui en est caractéristique. A pu être copié sur un manuscrit proche du manuscrit lat. 2423 de la Bibliothèque nationale (lui-même copié à Fulda dans le deuxième quart du IXe siècle).

Provenance : Collège Jésuite de la Trinité à Lyon, qui en fit l’achat grâce à la rente constituée par l’avocat Claude Marc Perrachon ; puis au départ des Jésuites en 1762.

Format : 417 x 340 mm.

Mise en page : La lecture se fait par double page : la page de gauche, écrite en hexamètres, est celle sur laquelle sont représentées des figures au sein desquelles les lettres, colorées et se détachant ainsi du texte alentour, forment des mots ou même des vers. Sur la page de droite se trouve un commentaire de la page de gauche, et les phrases constituées par la présence des figures s’y détachent en lettres rouges.

Volume : 24 feuillets.

Composition : Contient le De laudibus sanctae Crucis, texte composé par Raban Maur à Tours dans l’extrême fin du VIIIe siècle ou la première décennie du IXe siècle puisqu’achevé en 806. Le manuscrit est tronqué à ses deux extrémités : il manque un cahier au début, ainsi que le premier bi-feuillet du premier cahier subsistant ; à la fin font défaut le commentaire de la dernière page, et le livre second de l’œuvre.

Mains :

Autres caractéristiques remarquables : Reliure veau aux armes de Marc Perrachon. Plusieurs feuilles de papier vierges ont été rajoutées au début du manuscrit au cours de la réalisation de cette reliure au XVIIe siècle. Annotation manuscrite au début du volume donnant une description succincte du manuscrit. Au dos du plat supérieur est collée cette inscription gravée : MEMORIAE SEMPITERNAE VIRI CL. MARCI PERACHON in Supremo Senatu Causidici, Qui post ejuratam sincere haeresim in qua natus fuerat, de Religione ac Literis bene meritus dum viveret, moriens Bibliothecam Lugd. Coll. SS. Trin. Soc. JESU annuo Censu locupletavit. Ex Censu anni 1703-4 On trouve à la fin du manuscrit des annotations de A. Boinet concernant un autre manuscrit contenant le même texte, le ms 223 de la Bibliothèque d’Amiens.

Sommaire :
f.1 :Merito quippe s(an)c(t)orum angelorum ordines
f.1v : IIII O CHERUBIN SERAPHIN DE CAELO
f.2 : In hac itaq(ue) pagina crux d(omi)ni simul cum figuris seraphin (et) cherubin
f.2v : V CRUX ROGO SACRA DEI SIGNA MIHI
f.3 : In hac igitur pagina s(an)c(t)a crux per medium tendit
f.3v : VI OMNIPOTENS VIRTUS SUMMA SAPIENTIA CHRISTE
f.4 : Quantos ergo et quales fructus lignum s(an)c(t)ae crucis germine suo proferat
f.4v : VII OMNIA IAM SPLENDENT UERO DE LUMINE CRISTI
f.5 : Recte igitur quatternariu(m) numerum perfectioni
f.5v : VIII CHRISTUS SALVATOR CHRISTUS REX
f.6 : Duodenarius ergo numerus quam bene (et) apte
f.6v : SOLET LUNA DEUM HIC CHRISTUM (ici manque un feuillet)
f.7 : Septuaginta quippe numerum p(rae)sens forma s(an)c(t)ae crucis
f.7v : XI TE PATER ALME POLI DOCTOREM CARMINE IN ISTO
f.8 : Quisquis legis primae plenam desiderat habere notitia(m)
f.8v : XII PERGE SALUTIFERAM SPECIOSO DICERE
f.9 : Quid ergo sibi velit haec figura(et) haec conscripsio
f.9v : XIII ARBOR ODORE POTENS FRONDOSO VERTICE LATA
f.10 : Hae igitur cruces quattuor triplici tramite conscriptae
f.10v : XIIII DIGNUM OPUS ET CLARUM VICTORIS
f.11 : In hac pagina continetur numerus annorum ab exordio
f.11v : XV NATE PATRIS SUMMI QUI TELA FEROCIA FRANGIS
f.12 : Hic quoque quatuor illa animalia prophetica
f.12v : XVI SPIRITUS ALME VENI SUPERA DIRECTUS
f.13 : Scriptum est in esaia : Et egredietur virga de radice iesse (et) flos de germine
f.13v : XVII SANCTA BEATA POTENS VITAE LAUS GLORIA CHRISTI
f.14 : Octo ergo beatudinu(m) series hic in specie s(an)c(t)ae crucis
f.14v : XVIII PANDE SALUTAREM DOMINO VINCENTE
f.15 : Quadragenarius itaq(ue) numerus secundu(m) hunc modu(m)
f.15v : XVIIII CRUX MIHI CARMEN ERIT
f.16 : Haec igitur pagina quinquaginta numeru(m) continet
f.16v : XX SANGUINIS ERGO SACRI NOS FUSIO LAVIT
f.17 : Deniq(ue) s(an)c(t)ae crucis formam greca littera lauda in hac pagina
f.17v : XXI LEX QUOQUE VERA DEI VINCENDA EST
f.18 : Hanc igitur figuram plenam esse mysterio oportet intellegi
f.18v : XXII CRISTUS AMOR VOTUM MIHI
f.19 : Quid itaq(ue) haec figura sit (et) quod significet
f.19v : XXIII NOBILIS ECCE MICAT FLOS REGIS
f.20 : Ecce cruces d(omi)ni quattuor cornua senarius
f.20v : XXIIII AT NUNC VOS CANTATE NOUUM
f.21 : Continet ergo haec figura s(an)c(t)ae crucis in quattuor pentagonis formata
f.21v XXV LAUS PIA PERPETUA SANCTORUM IN LUCE
f.22 : Istic laus illa quam s(an)c(t)oru(m) vox in caelis credit(ur)
f.22v : XXVI ERGO PROPHETARUM BENE TE CRUX
f.23 : In hanc quippe pagina(m) libuit testimonia quaeda(m)
f.23v : XXVII NEC MINUS ERGO TUA CUSTODIT IURA
f.24 : Novi aut(em) testam(en)ti ta(m) copiosa s(unt) exe(m)pla
f.24v : XXVIII OMNIPOTENS VIRTUS MAIESTAS ALTA

 

Bibliographie 

Le codex : Le Codex. Bernhard BISCHOFF, Katalog der festländischen Handschriften des neunten Jahrhunderts (mit Ausnahme der wisigotischen). Teil II : Laon – Paderborn, Wiesbaden, Harrassowitz Verlag, 2004, n° 2567. Françoise Cotton, « Les Manuscrits à peinture de la Bibliothèque de Lyon : Essai de catalogue », dans la Gazette des Beaux-Arts, mai-juin 1965, pp.265-320. Cf. n°5. P. Guinard & L. Holtz, Manuscrits médiévaux : de l’usage au trésor. Catalogue de l’exposition (21 septembre 2002 – 4 janvier 2003), Lyon : Bibliothèque municipale, 2003. Cf. notice 16, p. 53 par L. Holtz ; notice détaillée p. 87 par le même. Edward Kennard Rand, Studies in the Script of Tours : a survey of the manuscripts of Tours, Cambridge : The Medieval Academy of America, 1929. Charles Samaran & Robert Marichal, Catalogue des manuscrits en écriture latine portant des indications de date, de lieu ou de copiste, tome VI : « Bourgogne, Centre, sud-est et sud-ouest de la France », Paris : CNRS, 1968.

Le texte : Amédée Boinet, « Note sur deux manuscrits à peinture », dans Bibliothèque de l’Ecole des Chartes, t LXV, 1904, p. 355- 363). Michel Perrin, « Le De laudibus sanctae crucis de Raban Maur et sa tradition manuscrite au IXe siècle », dans Revue d’histoire des textes, t XIX, 1989, p 191-251. Raban Maur, Opera omnia, (« Patrologiae latinae cursus completus », 107), ed. J.-P. Migne, 1851. Raban Maur, In honorem sanctae crucis, ed : M. Perrin, Turnhout : Brepols, 1997.