Jean-Baptiste Carhaix, les 'Sisters of Perpetual Indulgence' - Jean-Baptiste Carhaix, les 'Sisters of... - numelyo - bibliothèque numérique de Lyon
aller au menu | aller au moteur de recherche | aller au contenu

Bibliothèque municipale de Lyon | Ville de Lyon

Ajout à votre bibliothèque

Pour pouvoir ajouter ce document à votre bibliothèque numérique, vous devez avoir un compte numelyo.

Créez ou connectez-vous à votre compte

L'inscription est gratuite et vos données personnelles ne seront en aucun cas communiquées à des tiers ou utilisées à des fins commerciales.


Fermer

Téléchargement

Nous vous proposons de télécharger :

  • Télécharger le document
  • Fermer

    Partager


    Lien permanent vers cette page

    Partagez cette page sur les réseaux sociaux



    Fermer

    Contactez-nous



    Fermer

    aidez-nous à décrire ce document !

    Si vous pouvez nous apporter des précisions concernant une date, un lieu, les circonstances ou les personnes représentées, indiquez-les dans ce formulaire.

    N'hésitez pas à nous laisser votre nom et e-mail, ils ne seront pas rendus publics.

    Merci !



    Fermer

    Poser une question

    Si vous le souhaitez, vous pouvez poser une question relative à ce document aux bibliothécaires.

    Le service du "Guichet du Savoir" est chargé d'y répondre en moins de 72 heures.

    Rendez-vous sur www.guichetdusavoir.org pour poser votre question.

    Fermer

    Jean-Baptiste Carhaix, les 'Sisters of Perpetual Indulgence'

    Le projet réalisé avec les Sisters of Perpetual Indulgence suit l’épopée douloureuse liée à l'histoire des "années-Sida". Cette série d'images pieuses parle de la mort, de la fin d’une vie sans passeport pour l’au-delà.

    D’emblée, je clame un athéisme militant : je ne crois pas à toutes les billevesées religieuses ou prétendument « philosophiques » inventées par des illuminés sadiques pour des croyants masochistes ! Je n’ai aucun respect pour les discours religieux et pour ceux qui les profèrent, en particulier pour les « fonctionnaires de Dieu », clergés de tout acabit. Leurs délires mentaux ont fait de moi un athée ; je suis fier de l’être ! L’essentiel de mon travail photographique parle de la mort, de la fin d’une vie sans passeport pour l’au-delà.

    1979 : Au cours d’un périple photographique aux USA, j’ai photographié à San Francisco les quatre premières « nonnes » du « couvent » local des Sisters of Perpetual Indulgence. Les SPI militaient contre l’intolérance religieuse si radicale aux USA, pour expurger le complexe de culpabilité incrusté dans les consciences des hommes. « To ban guilt » était leur slogan ! Ce groupe de travestis comblaient mon regard photographique et mon irrévérence anti-religieuse.

    1981-1983 : Je fus amené à travailler pendant deux ans consécutifs dans cet extraordinaire laboratoire californien qu’est San Francisco. J’habitais Haight Asbury, le berceau des révolutions de la fin des années soixante (Hippisme). Le « couvent » s’était considérablement développé et manifestait politiquement en toutes occasions, J’ai documenté toutes les « apparitions » du groupe et j’ai écrit son histoire. Ce travail a été distribué par l’agence Sipa de 1984 à 1987 et a donné lieu à une exposition à la Fondation Nationale de la Photographie en 1987 à Lyon.

    Etés 1984-1987-1989-1993-1996 : A partir de 1984, j’ai décidé de « mettre en scène » les nonnes iconoclastes. J’avais tout dit en matière de reportage : il fallait passer à une autre approche pour traduire artistiquement la tragédie en cours. Sans faire un jeu de mots facile, ce travail photographique n’est pas gai et le monde gay n’est pas mon sujet de prédilection mais avec le Sida, la relation entre Eros et Thanatos devenait visible dans un Occident qui avait oublié les grandes pandémies qui ont jalonné son histoire. Alors que je pratiquais la photographie depuis une décennie j’estime que ces travestis, en ces années terribles, m’ont véritablement forgé en tant qu’artiste. Mes images ont suscité maintes insultes proférées envers les modèles et leur photographe mais il a parallèlement provoqué de grandes émotions au cours d’importantes expositions.

    Un diplôme de fin d’études de Sciences Politiques a été écrit sur le mouvement des SPI et mon approche photographique : « Un regard photographique sur un groupe de pression » par Karine Dumaine sous la direction du professeur Baldous / IEP Aix en Provence : 2000-2001.

    Un fonds d’archives est déposé à la BM de Lyon, centre de ressources sur le genre (Gender Studies), fonds composé de la copie du mémoire cité supra, de tracts, d’affiches, de courriers relatifs à la militance des SPI de San-Francisco entre 1982 et 1990, d’articles et de dossiers de presse liés aux expositions de mes photographies.

    Jean-Baptiste Carhaix, Lyon, janvier 2009

    San-Francisco 1982-1983 : Premières manifestations des malades du SIDA

    En juin 1982, les SPI participent à la création de la première fondation d'entraide aux victimes du Sida : la Kaposi Sarcoma Foundation. À cette époque, la maladie ne porte pas de nom scientifique, on ne la nomme que par ses manifestations opportunistes. Cette première fondation, un petit bureau de cinq volontaires, porte le nom d'un cancer : le sarcome de Kaposi dont une des Bonnes Soeurs est atteinte : "Sister Florence Nightmare Registered Nurse" (Bobby Campbell). Bobby organisera par la suite les premiers malades en défilés protestataires dans toutes les villes des USA. Il les regroupe dans l'association People with Aids Alliance (PWAA) A sa mort, en août 1984, Newsweek lui consacrera une couverture. Les SPI publient à cette occasion le premier pamphlet sur le Safe Sex (« Play Safe ») car on suppute que la maladie se transmet sexuellement. La KS Foundation est l’ancêtre de l'AIDS Foundation de San Francisco.

    Extrait de La véritable histoire des SPI / Jean-baptiste Carhaix : 1993

    Photographies utilisées avec l'aimable autorisation de l'auteur. Découvrez toute l'œuvre de Jean-Baptiste Carhaix sur son site internet Galerie Vrais Rêves de Lyon.

    Pour citer cet article

    Référence électronique

    Sylvie Tomolillo, Jean-Baptiste Carhaix, les 'Sisters of Perpetual Indulgence', numelyo [en ligne], mis en ligne le 2012-11-22T09:39:03Z, modifié le 2012-12-03T11:16:17Z, consulté le 2017-08-21 01:29:07. URL : http://numelyo.bm-lyon.fr/BML:BML_05PHO01001THM0001carhaix

    Logo Bibliothèque municipale de Lyon Logo Ville de Lyon