Parcours guidé de quelques anciennes bibliothèques Lyonnaises - Parcours guidé de quelques anciennes (...) - numelyo - bibliothèque numérique de Lyon
aller au menu | aller au moteur de recherche | aller au contenu

Bibliothèque municipale de Lyon | Ville de Lyon

Ajout à votre bibliothèque

Pour pouvoir ajouter ce document à votre bibliothèque numérique, vous devez avoir un compte numelyo.

Créez ou connectez-vous à votre compte

L'inscription est gratuite et vos données personnelles ne seront en aucun cas communiquées à des tiers ou utilisées à des fins commerciales.


Fermer

Téléchargement

Nous vous proposons de télécharger :

  • Télécharger le document
  • Fermer

    Partager


    Lien permanent vers cette page

    Partagez cette page sur les réseaux sociaux



    Fermer

    Contactez-nous



    Fermer

    aidez-nous à décrire ce document !

    Si vous pouvez nous apporter des précisions concernant une date, un lieu, les circonstances ou les personnes représentées, indiquez-les dans ce formulaire.

    N'hésitez pas à nous laisser votre nom et e-mail, ils ne seront pas rendus publics.

    Merci !



    Fermer

    Poser une question

    Si vous le souhaitez, vous pouvez poser une question relative à ce document aux bibliothécaires.

    Le service du "Guichet du Savoir" est chargé d'y répondre en moins de 72 heures.

    Rendez-vous sur www.guichetdusavoir.org pour poser votre question.

    Fermer

    Parcours guidé de quelques anciennes bibliothèques Lyonnaises

    Les collections maintenant rassemblées à la bibliothèque à la Part-Dieu ont vu le jour au fil des siècles dans différents quartiers de la ville. Bibliothèques personnelles ou assemblées par des institutions religieuses, leur histoire est indissociable de celle de l’ancienne cité de Lyon.

    Sous le signe de Florus : La bibliothèque des évêques à Saint-Jean

    Rien moins que 600 manuscrits constituaient le fonds de la Bibliothèque épiscopale de Lyon au IXe siècle. Sa réputation et son rayonnement culturel avaient été favorisés par l’archevêque Leidrade, d’origine bavaroise, pendant le règne de Charlemagne. Les commentaires de la Bible étaient nombreux, ainsi que les écrits des Pères de l’Eglise, suivis de textes juridiques et profanes ; sur les documents de sa collection, Leidrade aimait noter la mention de don à la cathédrale. La Bibliothèque municipale conserve encore une cinquantaine de ces précieux manuscrits, où émerge l’écriture d’une autre figure importante : le diacre Florus, bibliothécaire et secrétaire de plusieurs évêques, de 825 à 860. Cet homme savant contribua à la sauvegarde des manuscrits les plus anciens et à la création d’un atelier de copies, un scriptorium, spécialisé dans l’écriture en minuscule caroline.

    Le jardin archéologique de Saint-Jean, avec les vestiges des églises Saint-Etienne et Sainte-Croix qui formaient le groupe épiscopal avec l’ancienne cathédrale, nous fournit aujourd’hui le repère spatial de cette bibliothèque si prestigieuse, première étape de la longue histoire du livre à Lyon.

    Lieu : Jardin Archéologique de Saint-Jean (voir sur un plan)

    Talmud et Kabbale : la bibliothèque hébraïque de Pierre Bullioud

    Le procureur du roi Pierre Bullioud appartenait à l’une des grandes familles de la bourgeoisie lyonnaise. Savant humaniste versé en langues orientales, sa collection d’environ 200 livres, largement en hébreu, a été donnée au Collège de la Trinité par son fils François en 1610. Pendant les guerres de religion Pierre Bullioud, catholique fervent, a utilisé ses connaissances et son prestige contre les protestants.

    Il possédait des ouvrages tout à fait remarquables : des textes religieux, comme le Talmud babylonien ou des Bibles hébraïques imprimées à Venise, des livres de Kabbale ou des ouvrages pour étudier l’hébreu (grammaires, dictionnaires, etc.). Devenu consul en 1596, il est mort à Paris l’année suivante, à 49 ans.

    Lieu : 12 rue du Bœuf (voir sur un plan)

    la Maison ronde d’Andrée Regnauld

    Les livres d’Andrée Regnault conservés à la bibliothèque nous permettent d’entrevoir la vie d’une bourgeoise lyonnaise à la Renaissance. C’est en 1550 qu’elle est mariée à César Gros de Saint-Joyre, maître d’hôtel des rois Charles IX et Henri III et membre du consulat de Lyon. Vu son appartenance à l’élite sociale et culturelle, de la ville, ces livres sont certainement un objet familier de la « maison ronde » qu’elle acquiert en 1590 en face de l’église Saint-Nizier près du pont de Saône.

    Ecrits en français, ce sont des manuels de style ou d’orthographe qui lui servent de livres de raison. Elle les donnera avec tous ses biens en 1600 à son fils le poète lyonnais René Gros de Saint-Joyre et à ses descendants.

    Lieu : place Saint-Nizier (voir sur un plan)

    Un « Temple des Muses » : la Bibliothèque du collège de la Trinité

    Situé au bord du Rhône, le collège de la Trinité (actuel lycée Ampère) a été pendant 200 ans (1565 à 1765) le fer de lance de la Contre-Réforme dans le sud-est de la France. Les jésuites y éduquèrent toute la jeunesse de la région, se signalant par leurs innovations en matière pédagogique. La cour principale du Collège participait à cette éducation avec un extraordinaire décor peint décrit par le P. Menestrier dans le « Temple de la sagesse ». Les pères étaient de grands savants : historiens, lexicographes, humanistes, astronomes, mathématiciens, missionnaires etc. Dans ce contexte la bibliothèque constituée au départ de quelques étagères de livres dans les chambres des pères se transforma à la suite d’une bonne gestion et d’acquisitions judicieuses en un véritable « temple des muses » de 30.000 volumes, curiosité de la ville dans la seconde moitié du 18e siècle.

    Les jésuites y ajoutèrent un cabinet des médailles géré un moment par le Père de la Chaise, confesseur de Louis XIV ("La numismatique à Lyon au XVIIIe siècle" de Jean Guillemain et "Le médaillier du collège de la Trinité sous le règne de Louis le Grand", Claude-François Ménestrier : les jésuites et le monde des images, PUG, 2009). Des dons offerts par des amis ou élèves des jésuites (notables lyonnais, confesseurs des rois, ecclésiastiques) l’enrichirent de manuscrits et d’ouvrages remarquables. Cette bibliothèque ayant passé avec quelques péripéties la Révolution forme actuellement la base du Fonds ancien de la Bibliothèque municipale de Lyon.

    Lieu : Lycée Ampère (voir sur un plan)

    1915-1973 : la Bm s’installe à Saint-Jean

    Au début du XXe siècle, les bibliothèques de Lyon sont dispersées (palais Saint-Pierre, lycée Ampère) et souffrent d’un manque d’espaces. La Ville décide alors d’investir le palais désaffecté de Saint-Jean, ancien Archevêché. Ce sera un projet de reconversion assez originale, conçu par l’architecte Desjardins en étroite collaboration avec Richard Cantinelli, bibliothécaire en chef de la ville : les éléments décoratifs et historiques du bâtiment sont en partie préservés et intégrés à l’aménagement de salles pour l’accueil du public.

    Naît ainsi, en 1915, la spécificité lyonnaise d’une bibliothèque qui réunit les missions de lecture publique, de conservation (silo installé dans la cour intérieure) et de présentation du patrimoine (salles d’exposition avec vitrines) ; ce modèle sera repris à la nouvelle bibliothèque de la Part-Dieu, en 1973.

    L’actuelle bibliothèque d’arrondissement du 5e Saint-Jean réinvestit partiellement les locaux de l’ancienne bibliothèque municipale et notamment la grande salle de lecture, nommée la salle des Pas-Perdus.

    Lieu : Bibliothèque Saint-Jean (voir sur un plan)

    Sciences, Belles-Lettres et Arts : la Bibliothèque de l’Académie

    Trésor de l’Académie, sa bibliothèque a vu le jour en 1769 avec la donation de 5600 volumes par le grand bibliophile Pierre Adamoli. Le donateur spécifiait déjà une ouverture au public «au moins une fois par semaine, en deux temps, le matin et l'après-midi, trois heures chacun en hiver et quatre heures en été dans chaque temps».

    Après deux siècles et demi d’existence parfois tumultueuse, du Palais Saint-Pierre au Palais Saint-Jean, la bibliothèque de l‘Académie conserve de précieux manuscrits anciens et parmi d’autres collections prestigieuses, les mémoires de ses membres ainsi que de nombreux savants.

    Lieu : Académie Palais Saint-Jean (voir sur un plan)

    :: voir le site de l'Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon

    Pour citer cet article

    Référence électronique

    Bibliothèque municiple de Lyon, Parcours guidé de quelques anciennes bibliothèques Lyonnaises, numelyo [en ligne], mis en ligne le 2012-11-21T10:02:02Z, modifié le 2012-12-11T16:30:51Z, consulté le 2017-12-13 19:43:58. URL : http://numelyo.bm-lyon.fr/BML:BML_02THMO00101parcours

    Logo Bibliothèque municipale de Lyon Logo Ville de Lyon