L’histoire de la bibliothèque épiscopale - L’histoire de la bibliothèque épiscopale - numelyo - bibliothèque numérique de Lyon
aller au menu | aller au moteur de recherche | aller au contenu

Bibliothèque municipale de Lyon | Ville de Lyon

Ajout à votre bibliothèque

Pour pouvoir ajouter ce document à votre bibliothèque numérique, vous devez avoir un compte numelyo.

Créez ou connectez-vous à votre compte

L'inscription est gratuite et vos données personnelles ne seront en aucun cas communiquées à des tiers ou utilisées à des fins commerciales.


Fermer

Téléchargement

Nous vous proposons de télécharger :

  • Télécharger le document
  • Fermer

    Partager


    Lien permanent vers cette page

    Partagez cette page sur les réseaux sociaux



    Fermer

    Contactez-nous



    Fermer

    aidez-nous à décrire ce document !

    Si vous pouvez nous apporter des précisions concernant une date, un lieu, les circonstances ou les personnes représentées, indiquez-les dans ce formulaire.

    N'hésitez pas à nous laisser votre nom et e-mail, ils ne seront pas rendus publics.

    Merci !



    Fermer

    Poser une question

    Si vous le souhaitez, vous pouvez poser une question relative à ce document aux bibliothécaires.

    Le service du "Guichet du Savoir" est chargé d'y répondre en moins de 72 heures.

    Rendez-vous sur www.guichetdusavoir.org pour poser votre question.

    Fermer

    L’histoire de la bibliothèque épiscopale

    La bibliothèque a été formée sous l’action des grands évêques qui se succédèrent au IXe siècle : Leidrade (798-816), Agobard (816-840), Amolon (841-852) et Rémi (852-875).

    Ils sont soutenus et inspirés dans cette démarche par Florus, un diacre actif entre 825 et 860, dont le rôle est prépondérant dans l’expansion et la renommée de la bibliothèque. Il s’attache d’abord à rassembler des manuscrits déjà présents à Lyon. Il s’applique aussi à faire établir de nouvelles copies, orientant notamment ce travail sur les œuvres de saint Augustin dont il est un spécialiste. Il fait également recopier dans l’écriture de son temps, la minuscule caroline, des manuscrits des Ve-VIIe siècles devenus difficiles à lire, car écrits en onciale ou en semi-onciale.

    Malgré l’absence d’inventaire de la bibliothèque de cette époque, des études récentes permettent d’évaluer à environ 600 le nombre de manuscrits conservés au moment où la bibliothèque a connu son apogée, au milieu du IXe siècle.

    Le dépérissement de la bibliothèque à la fin du Moyen Age et les troubles religieux du XVIe siècle ont entraîné des pertes et la dispersion de certains manuscrits. Au moment de la Révolution, lorsque les collections épiscopales sont confisquées par la Nation, il ne subsiste plus qu’une cinquantaine de manuscrits.

    En 1803, ces collections sont confiées à la Ville de Lyon et à sa bibliothèque municipale. Une autre cinquantaine de manuscrits ayant appartenu à la bibliothèque carolingienne lyonnaise est aujourd’hui localisée dans d’autres bibliothèques publiques (Bibliothèque nationale de France, bibliothèque du Vatican, bibliothèques de Cambridge, Leyde, Berlin, Troyes…).

    Voir les 55 manuscrits mérovingiens et carolingiens

    Pour citer cet article

    Référence électronique

    Monique Hulvey, L’histoire de la bibliothèque épiscopale, numelyo [en ligne], mis en ligne le 2012-11-21T09:01:24Z, modifié le 2012-11-21T09:01:24Z, consulté le 2017-12-12 19:07:30. URL : http://numelyo.bm-lyon.fr/BML:BML_02MNSO00101THMbib

    Logo Bibliothèque municipale de Lyon Logo Ville de Lyon