retour à la page précédente

Pastilles Géraudel

Pastilles Géraudel

Ajout à votre bibliothèque

Pour pouvoir ajouter ce document à votre bibliothèque numérique, vous devez avoir un compte numelyo.

Créez ou connectez-vous à votre compte

L'inscription est gratuite et vos données personnelles ne seront en aucun cas communiquées à des tiers ou utilisées à des fins commerciales.


Fermer

Téléchargement

Nous vous proposons de télécharger :

  • Télécharger le document
  • Fermer

    Partager


    Lien permanent vers cette page

    Partagez cette page sur les réseaux sociaux



    Fermer

    Contactez-nous



    Fermer

    aidez-nous à décrire ce document !

    Si vous pouvez nous apporter des précisions concernant une date, un lieu, les circonstances ou les personnes représentées, indiquez-les dans ce formulaire.

    N'hésitez pas à nous laisser votre nom et e-mail, ils ne seront pas rendus publics.

    Merci !



    Fermer

    Poser une question

    Si vous le souhaitez, vous pouvez poser une question relative à ce document aux bibliothécaires.

    Le service du "Guichet du Savoir" est chargé d'y répondre en moins de 72 heures.

    Rendez-vous sur www.guichetdusavoir.org pour poser votre question.

    Fermer

    Cette lithographie incarne l’archétype de l’affiche vue par Chéret. Un personnage central séducteur, sous les traits d’une charmante « petite femme » de féérie bientôt baptisée « chérette », accroche le regard du spectateur dans un éclatant jaillissement de couleur. Semblant flotter dans les [...]

    [+]

    Cette lithographie incarne l’archétype de l’affiche vue par Chéret. Un personnage central séducteur, sous les traits d’une charmante « petite femme » de féérie bientôt baptisée « chérette », accroche le regard du spectateur dans un éclatant jaillissement de couleur. Semblant flotter dans les airs, comme attirée vers les nuées par son ombrelle, la jeune femme évoque immanquablement le Paris de la Belle Epoque comme le souligne Georges Rodenbach en 1899 : « La femme de Chéret, […], avec sa grâce innée, son corps onduleux, sa bouche en œillet, ses cheveux d’un blond de vin qui mousse, est exclusivement parisienne. […] Posséder une œuvre de M. Chéret, c’est avoir, chez, soi, Paris. ». Roger Marx évoquait quant à lui « une apothéose du Plaisir et de la Grâce installant au détour des carrefours sur des crépis lézardés, contre les clôtures lépreuses des bâtisses son flamboiement de féérie. […] D’où vient pourtant notre illusion ? D’une lithographie en deux ou trois tons, d’un placard délavé par la pluie, déchiré par la bise, demain recouvert, anéanti, d’une affiche de Chéret. » Cette affiche n’échappe pas à la règle établie par Chéret. Le rouge flamboyant du vêtement contraste avec les couleurs froides du fond de l’affiche, nous rappelant avec une gamme chromatique peu étendue mais très habilement choisie, le caractère hivernal de la scène. Les flocons finissent d’apporter une note enchanteresse à un motif remarquable pour son impression de légèreté.

    réduire

    Pastilles Géraudel par Chéret, Jules, 1836-1932
    Bibliothèque municipale de Lyon (AffP0081)

    Droit d'utilisation : Domaine public, Licence Ouverte-Open Licence

    Affiche
    Affiche
    Affiche
    Affiche
    Affiche
    Affiche
    Affiche
    Affiche

    Retour