retour à la page précédente

La Revue blanche

La Revue blanche

Ajout à votre bibliothèque

Pour pouvoir ajouter ce document à votre bibliothèque numérique, vous devez avoir un compte numelyo.

Créez ou connectez-vous à votre compte

L'inscription est gratuite et vos données personnelles ne seront en aucun cas communiquées à des tiers ou utilisées à des fins commerciales.


Fermer

Téléchargement

Nous vous proposons de télécharger :

  • Télécharger le document
  • Fermer

    Partager


    Lien permanent vers cette page

    Partagez cette page sur les réseaux sociaux



    Fermer

    Contactez-nous



    Fermer

    aidez-nous à décrire ce document !

    Si vous pouvez nous apporter des précisions concernant une date, un lieu, les circonstances ou les personnes représentées, indiquez-les dans ce formulaire.

    N'hésitez pas à nous laisser votre nom et e-mail, ils ne seront pas rendus publics.

    Merci !



    Fermer

    Poser une question

    Si vous le souhaitez, vous pouvez poser une question relative à ce document aux bibliothécaires.

    Le service du "Guichet du Savoir" est chargé d'y répondre en moins de 72 heures.

    Rendez-vous sur www.guichetdusavoir.org pour poser votre question.

    Fermer

    Créée en 1889 en Belgique, la Revue blanche s’installe en 1891 à Paris, où elle se fait la tribune des plus prestigieuses plumes de l’époque (André Gide, Paul Valéry, Tristan Bernard, Marcel Proust...) sous la direction des frères Alexandre et Thadée Natanson. Traitant de la vie [...]

    [+]

    Créée en 1889 en Belgique, la Revue blanche s’installe en 1891 à Paris, où elle se fait la tribune des plus prestigieuses plumes de l’époque (André Gide, Paul Valéry, Tristan Bernard, Marcel Proust...) sous la direction des frères Alexandre et Thadée Natanson. Traitant de la vie littéraire et artistique de l’époque, la revue est très liée aux Nabis, mouvement pictural auquel appartiennent Pierre Bonnard et Toulouse-Lautrec, qui vont chacun réaliser une affiche pour la publication. Lautrec choisit de représenter son amie Misia, fille du sculpteur Cyprien Godebski, épouse de Thadée Natanson et égérie des Nabis. Brillante pianiste, elle devient un modèle pour Bonnard, Vuillard et Lautrec qui en réaliseront plusieurs portraits. L’artiste albigeois choisit ici de la dessiner en train de patiner, comme en témoignent les traits figurant la vitesse et le mouvement, présents sur une étude préparatoire conservée au Musée Toulouse-Lautrec d’Albi, mais qui ont disparu sur la lithographie. Reste l’élégance du chapeau à plumes d’autruche, de la veste et du manchon de fourrure, ces deux derniers éléments ayant brillamment recours au crachis lithographique dans lequel était passé maître Lautrec. Remariée de 1905 à 1909 à l’homme d’affaires Alfred Edwards, qui divorcera pour épouser la comédienne Geneviève Lantelme, Misia finit par se marier une dernière fois en 1920 avec le peintre José-Maria Sert.

    réduire

    La Revue blanche par Toulouse-Lautrec, Henri de, 1864-1901
    Bibliothèque municipale de Lyon (AffG0046)

    Droit d'utilisation : Domaine public, Licence Ouverte-Open Licence

    Affiche
    Affiche
    Affiche
    Affiche
    Affiche
    Affiche
    Affiche
    Affiche

    Retour