retour à la page précédente

Caudieux

Caudieux

Ajout à votre bibliothèque

Pour pouvoir ajouter ce document à votre bibliothèque numérique, vous devez avoir un compte numelyo.

Créez ou connectez-vous à votre compte

L'inscription est gratuite et vos données personnelles ne seront en aucun cas communiquées à des tiers ou utilisées à des fins commerciales.


Fermer

Téléchargement

Nous vous proposons de télécharger :

  • Télécharger le document
  • Fermer

    Partager


    Lien permanent vers cette page

    Partagez cette page sur les réseaux sociaux



    Fermer

    Contactez-nous



    Fermer

    aidez-nous à décrire ce document !

    Si vous pouvez nous apporter des précisions concernant une date, un lieu, les circonstances ou les personnes représentées, indiquez-les dans ce formulaire.

    N'hésitez pas à nous laisser votre nom et e-mail, ils ne seront pas rendus publics.

    Merci !



    Fermer

    Poser une question

    Si vous le souhaitez, vous pouvez poser une question relative à ce document aux bibliothécaires.

    Le service du "Guichet du Savoir" est chargé d'y répondre en moins de 72 heures.

    Rendez-vous sur www.guichetdusavoir.org pour poser votre question.

    Fermer

    Prénommé Maurice par Philippe Chauveau dans son histoire du Music-hall et café concert, Caudieux, né Ferdinand Célestin en 1850, se faisait appeler à la scène Albert. Comique de café-concert qui se produisait déjà en [...]

    [+]

    Prénommé Maurice par Philippe Chauveau dans son histoire du Music-hall et café concert, Caudieux, né Ferdinand Célestin en 1850, se faisait appeler à la scène Albert. Comique de café-concert qui se produisait déjà en 1879, son répertoire se composait entre autres de La bonne du curé, Mon système est d’aimer le bon vin ou encore le prometteur Ma femme ne sait pas ça. Dans cette affiche de spectacle de Toulouse-Lautrec réalisée en 1893, le boute-en-train est représenté corpulent et âgé. Surnommé le « bambocheur » ou encore « l’homme-canon », l’humoriste est mis en scène - au sens propre du terme – dans un décor de salle de spectacle qui semble s’effacer à son seul profit. Lautrec parvient à suggérer la masse et la présence physique du personnage par le biais de l’aplat noir et du cerne épais le contournant. Le comique semble en outre s’apprêter à sortir de l’affiche, donnant une impression assez réussie de mouvement faisant écho à son surnom. Une autre gloire du café-concert, le chanteur Paulus, confirme en effet dans ses mémoires le jeu scénique de l'humoriste : "malgré son bedon, [Caudieux] esquissait des jetés-battus et pinçait un rigodon comme pas un". Il semblerait cependant que cette affiche, contrairement à d’autres réalisations de Lautrec, n’ait jamais rencontré son public parmi les collectionneurs. Peut-être le sujet représenté séduisait-il moins les amateurs que les reines du Paris fin-de-siècle comme Jane Avril ou la Goulue. Quand l’affiche de cette dernière se monnayait à vingt-cinq francs en 1896, somme impressionnante pour l’époque, Caudieux ne dépassera jamais les cinq francs, soit le prix moyen d’une affiche, en dépit de la signature prestigieuse du peintre de la nuit parisienne.

    réduire

    Caudieux par Toulouse-Lautrec, Henri de, 1864-1901
    Bibliothèque municipale de Lyon (AffG0043)

    Droit d'utilisation : Domaine public, Licence Ouverte-Open Licence

    Affiche
    Affiche
    Affiche
    Affiche
    Affiche
    Affiche
    Affiche
    Affiche

    Retour