Rabelais à Lyon - Rabelais à Lyon - numelyo - bibliothèque numérique de Lyon
aller au menu | aller au moteur de recherche | aller au contenu

Bibliothèque municipale de Lyon | Ville de Lyon

Ajout à votre bibliothèque

Pour pouvoir ajouter ce document à votre bibliothèque numérique, vous devez avoir un compte numelyo.

Créez ou connectez-vous à votre compte

L'inscription est gratuite et vos données personnelles ne seront en aucun cas communiquées à des tiers ou utilisées à des fins commerciales.


Fermer

Téléchargement

Nous vous proposons de télécharger :

  • Télécharger le document
  • Fermer

    Partager


    Lien permanent vers cette page

    Partagez cette page sur les réseaux sociaux



    Fermer

    Contactez-nous



    Fermer

    aidez-nous à décrire ce document !

    Si vous pouvez nous apporter des précisions concernant une date, un lieu, les circonstances ou les personnes représentées, indiquez-les dans ce formulaire.

    N'hésitez pas à nous laisser votre nom et e-mail, ils ne seront pas rendus publics.

    Merci !



    Fermer

    Poser une question

    Si vous le souhaitez, vous pouvez poser une question relative à ce document aux bibliothécaires.

    Le service du "Guichet du Savoir" est chargé d'y répondre en moins de 72 heures.

    Rendez-vous sur www.guichetdusavoir.org pour poser votre question.

    Fermer

    Rabelais à Lyon

    François Rabelais séjourne à Lyon entre 1530 et 1535 mais il y revient épisodiquement tout au long de sa vie. En effet, Lyon a une position géographique avantageuse, entre Paris et l'Italie, et c'est aussi un centre intellectuel, où Rabelais fréquente des humanistes, ainsi qu'un centre économique, connu pour ses foires et son intense activité dans le secteur de l'imprimerie.

    Dans l’atelier de Sébastien Gryphe

    Lorsque François Rabelais est nommé médecin de l’Hôtel-Dieu le 1er novembre 1532, il est déjà installé dans la ville depuis quelques mois. Correcteur chez l’imprimeur humaniste Sébastien Gryphe, Rabelais y fait aussi publier des textes entièrement revus, traduits et commentés des grands médecins de l’Antiquité tels les Aphorismes d’Hippocrate et l’Art médical de Galien.

    Dans le domaine du droit antique, il participe à l’édition du testament de Cuspidius et joint une épître liminaire qu’il adresse au légiste Amaury Bouchart.

    Rabelais se passionne également pour l’archéologie antique lors d’un voyage à Rome effectué en 1534 en tant que médecin personnel de l’évêque Jean Du Bellay et il écrit à son retour une épître liminaire dans un ouvrage consacré à l’archéologie romaine : la Topographia antiquae Romae de Johannes B. Marliani.

    Maître Alcofribas Nasier

    François Rabelais

    Parallèlement à ces travaux de philologue et de savant, Rabelais écrit sous son pseudonyme d’Alcofribas Nasier – l’anagramme de son nom – la chronique farcesque du géant Pantagruel, sur le modèle des chroniques populaires qui connaissaient alors un grand succès de librairie, en particulier lors des périodes de foire. Pantagruel parait chez Claude Nourry, imprimeur lyonnais installé non loin de l’actuelle place des Jacobins, en 1532. Encouragé par le succès de ce roman, Rabelais fait paraître Gargantua chez le successeur de Nourry, François Juste, en 1534.

    Pantagruel, roy des Dipsodes, restitué à son naturel

    Le nombre de rééditions de ces romans, souvent publiées chez d’autres imprimeurs et sans l’accord de l’auteur, témoigne du succès de ces récits à la fois populaires, satiriques et empreints de l’humanisme médical de François Rabelais. Il en va ainsi des éditions d’Etienne Dolet parues en 1542, sans l’accord de Rabelais qui venait de faire paraître chez François Juste une édition remaniée – moins virulente à l’égard des autorités religieuses telle la Sorbonne – de ces chroniques gigantales.

    L’attachement à l’imprimerie lyonnaise

    Rabelais quitte subitement Lyon le 13 février 1535. Après l’affaire des placards, il fuit une répression catholique menée contre les luthériens mais aussi contre les évangéliques, courant progressiste du catholicisme que Rabelais soutient et défend dans Gargantua. Néanmoins, si le Tiers Livre parait à Paris en 1546, c’est à Pierre de Tours, successeur de François Juste, que Rabelais remet les 11 premiers chapitres du Quart Livre en 1548, lors d’un passage à Lyon. Rabelais, qui signe désormais de son vrai nom, dispose alors d’un privilège royal censé le prémunir contre les éditions contrefaites ou les imitations de ses chroniques, mais leur nombre ne diminue guère, témoignant encore du succès des aventures de Pantagruel.

    Alors que Rabelais meurt à Paris en 1553, c’est encore à Lyon que parait une des premières éditions du Cinquième Livre (1), suite et fin posthume des aventures de Pantagruel et de ses compagnons, en 1565.

    (1) L’exemplaire conservé à la Bibliothèque Municipale de Lyon a été relié au 17e siècle avec Le Voyage et navigation des isles incongneuës par Bringuenarille cousin germain de fesse pinte, contenant choses merveilleuses et difficiles, pastiche de Rabelais dont il ne reste plus qu’un seul exemplaire connu.

    Pour citer cet article

    Référence électronique

    Ellen Delvallée, Rabelais à Lyon, numelyo [en ligne], mis en ligne le 2013-07-18T12:32:01Z, modifié le 2018-03-23T15:13:01Z, consulté le 2018-10-21 10:47:23. URL : http://numelyo.bm-lyon.fr/BML:BML_00GOO01001THM0001rabelais

    Logo Bibliothèque municipale de Lyon Logo Ville de Lyon