Morgant le Géant : un unicum à la bibliothèque - Morgant le Géant : un unicum à la bibliothèque - numelyo - bibliothèque numérique de Lyon
aller au menu | aller au moteur de recherche | aller au contenu

Bibliothèque municipale de Lyon | Ville de Lyon

Ajout à votre bibliothèque

Pour pouvoir ajouter ce document à votre bibliothèque numérique, vous devez avoir un compte numelyo.

Créez ou connectez-vous à votre compte

L'inscription est gratuite et vos données personnelles ne seront en aucun cas communiquées à des tiers ou utilisées à des fins commerciales.


Fermer

Téléchargement

Nous vous proposons de télécharger :

  • Télécharger le document
  • Fermer

    Partager


    Lien permanent vers cette page

    Partagez cette page sur les réseaux sociaux



    Fermer

    Contactez-nous



    Fermer

    aidez-nous à décrire ce document !

    Si vous pouvez nous apporter des précisions concernant une date, un lieu, les circonstances ou les personnes représentées, indiquez-les dans ce formulaire.

    N'hésitez pas à nous laisser votre nom et e-mail, ils ne seront pas rendus publics.

    Merci !



    Fermer

    Poser une question

    Si vous le souhaitez, vous pouvez poser une question relative à ce document aux bibliothécaires.

    Le service du "Guichet du Savoir" est chargé d'y répondre en moins de 72 heures.

    Rendez-vous sur www.guichetdusavoir.org pour poser votre question.

    Fermer

    Morgan le Géant : un unicum à la bibliothèque

    La BM de Lyon a acquis en 2010 (Achat vente Ajasse, octobre 2011) l’unique exemplaire de la première édition lyonnaise de la traduction du romanzo de Pulci. Les bibliographes (Baudrier, Gültlingen) et les spécialistes des traductions (Balsamo et al.) croyaient à tort cette édition perdue.

    Morgan le géant est la première traduction française de Morgante, poème chevaleresque de Luigi Pulci publié pour la première fois, dans une version partielle, en 1478 et ensuite sous forme définitive en 1483. Le récit raconte les exploits de Roland et de Renaud et ceux du géant Morgan, converti par Roland à la foi chrétienne, en France et en terre païenne durant les croisades. Il s’achève par la mort de Roland à Roncevaux et par l’adieu de Renaud à Charlemagne.

    La première traduction de l’œuvre est française. Elle a été publiée en 1519 à Paris. Le traducteur anonyme indique la date d’achèvement de son travail à la fin du récit : le 31 août 1517. Dans le prologue et l’épilogue qu’il ajoute au récit italien, constitués de données historiques puisées dans la vie légendaire de Charlemagne, il ne mentionne pas la source italienne. Le nom de Pulci n’apparaît pas non plus en page de titre. La traduction a ouvert une voie à la diffusion européenne du romanzo : en 1530 le récit est passé du français à l’allemand et en 1533 de l’italien à l’espagnol.

    L’édition conservée à la bibliothèque

    L’édition que conserve la bibliothèque est une réédition de la traduction du romanzo. Il s’agit de la troisième édition de Morgant le geant depuis la première édition (Paris, pour Michel Le Noir, Jean Petit et Renaud Chaudière, 1519). Elle a pour titre : S’ensuyt l’Hÿstoire de Morgant le geant lequel avec ses freres persecutoyent souvent les Chrestiens et serviteurs de Dieu, Mais finablement furent ces deux freres occis par le conte Roland. Et le tiers fust chrestien qui depuis ayda moult à augmenter la saincte foy catholicque, comme orrez cy apres. Elle a été réalisée à Lyon par l’imprimeur Jean Lambany. La page de titre et le colophon n’indiquent pas quand la mise sous presse a eu lieu. Mais les seules éditions datées de Jean Lambany, imprimeur ayant succédé à Claude Nourry, ont été publiées durant l’année 1529. Conformément à six des neuf éditions conservées de l’imprimeur, il s’agit d’un récit. Morgant le geant prend place dans le modeste catalogue de Lambany aux côtés, entre autres, de L’amant desconforté d’Antoine Prévost, publié en 1529, des Rondeaulx nouveaulx jusques au nombre de cent et troys, datés de 1529 et de La legende dorée et La pacience de Job., sans date.

    L’édition est un in-quarto. Le texte est à longues lignes. L’édition est la première à comporter une numérotation des chapitres dans le texte et dans la table. Elle comporte un nombre sans précédent de bois gravés : 47 dans le texte (contre 14 dans l’édition de 1519), sans compter des illustrations éventuellement présentes dans les treize feuillets manquants de l’exemplaire conservé ni les 3 gravures initiales. Les bois gravés se caractérisent par leur disparité : leur taille, le trait de leur bordure, leur position par rapport au texte et leur style respectifs laissent supposer l’usage de six séries différentes. La moitié est réutilisée à l’intérieur du livre : 22 bois sur les 47 du texte se répètent, l’un d’eux reprenant la gravure du verso de la page de titre. Les illustrations apparaissant une seule fois s’avèrent en général en convergence avec l’histoire : celle du chapitre 43 présente Astolphe dépendu du gibet de Montfaucon par Renaud ainsi que la tête tranchée du bourreau (f. G2) en train de brûler ; celle du chapitre 128 la vision par Charlemagne de Roland mort à Roncevaux ; celle du chapitre l’arrestation du roi Marsile par l’empereur. Des épisodes aussi fameux donnent lieu à une illustration singulière, faite à partir du contenu des chapitres. Mais les bois repris ont tendance à brouiller la reconnaissance des personnages par des effets de superposition. Certains écarts entre le texte et l’image apparaissent. La vignette du chapitre [13] fait par exemple apparaître un groupe de gentilshommes discutant avec un roi assis et un chevalier mécontent derrière celui-ci. S’agit-il de Renaud faisant un sermon au roi Corbant dans le but de le convertir ou de Renaud demandant congé à Corbant, ce qui déplaît à Olivier, amoureux de la fille de Corbant et dont le texte dit qu’il trouve des excuses pour reporter le départ ? L’image de chevaliers combattant à cheval devant une ville aux portes ouvertes convient en revanche bien pour figurer la prise de Babylone par Morgan au chapitre 75. Le lecteur avide de retrouver des épisodes topiques de la matière carolingienne ne pouvait manquer s’être séduit par la prolifération d’illustrations et de lettrines de toutes tailles et de toutes factures. L’exemplaire conservé à la bibliothèque est incomplet de quelques feuillets (f. B, B8, D4, D5, H, H4, L4, L5 et Q3-Q7). Il présente de nombreuses annotations manuscrites aux contreplats On peut lire au colophon l’ex-libris répété : « Ce presant lyvre est est amoy Claude Garrimond neveu de monsieur le Viguier de Alby » signé « Vostre bon ami, Mariot de Durfort ». Au verso du même feuillet, une reconnaissance de dette manuscrite, datée du 4 juin 1530.

    Les autres éditions de Morgan le Géant au XVIe siècle

    La traduction, qui transpose les octaves hendécasyllabiques des vingt-huit chants en prose et découpe le texte en chapitres, a connu un succès important en France, puisqu’on en dénombre onze éditions au XVIe siècle et trois au XVIIe siècle dans la Bibliothèque Bleue des Oudot. L’édition princeps, qui date de 1519, est parisienne.

    Les éditions publiées à Paris au XVIe siècle sont les suivantes :

    • édition réalisée pour Michel Le Noir, Jean Petit et Renaud Chaudière, 1519 (conservée à la Bibliothèque de l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts, Masson 392)
    • Philippe Le Noir, 1522 (conservée à la Bibliothèque Nationale d’Espagne, R/9311(2))
    • Alain Lotrian et Denis Janot, sans date [c. 1533] (vente Librairie Berès)
    • Alain Lotrian, sans date [c. 1536] (conservée à la Bnf, Rés. YD 216, au Musée Condé de Chantilly, 452 D 2)
    • Nicolas Chrétien, sans date [1540-1550] (conservée à la Bayerische Staatsbibliothek de Munich, Res/4 P.o.gall. 73 d)
    • Jean Bonfons, sans date [1550-1560] (conservée à la Bnf, Rés. Y2 576)
    • Nicolas Bonfons, 1584 (conservée à la Bnf, Rés. Y2 576).

    On compte trois éditions lyonnaises, réparties tout au long du siècle :

    • Jean Lambany, vers 1529 (conservée à la bibliothèque)
    • Olivier Arnoullet, 1548 (conservée à la bibliothèque universitaire de Mannheim, Sch 052/034, et à la Herzog August Bibliothek de Wolfenbütten, 292 11)
    • Benoît Rigaud, 1596 (conservée à la Zentralbibliothek de Zurich, CC 109).

    Toutes ces éditions sont très rares, de même que la seule édition non parisienne et non lyonnaise (celle Louvain réalisée par Jean Bogard en 1588, conservée à la Bibliothèque Nationale d’Espagne). Elles sont conservées dans un ou deux exemplaires seulement. À examiner la mise en forme des éditions on constate la présence de deux filières éditoriales distinctes : celle constituée par les éditions parisiennes et celle constituée par les éditions lyonnaises. Par exemple l’édition d’Olivier Arnoullet reprend le bois gravé de la page de titre et la même numérotation des chapitres dans la table que l’édition de Jean Lambany ; elle utilise un nombre conséquent d’illustrations, alors que les éditions réalisées à Paris ne comportent jamais plus de quinze bois gravés. Si dans l’ensemble le texte varie très peu d’une édition à l’autre, la mise en forme du livre témoigne donc de l’influence de l’inscription géographique des impressions au XVIe siècle.

    Bibliographie

    • Base ELR : « [Morgante] Morgan le Géant »
    • Pascale Mounier, Morgant le geant : mise en livre et réception programmée de Pulci en France, in Via Lyon : parcours de romans et mutations éditoriales au XVIe siècle, Carte romanze , vol. 2, n° 2, 2014, p. 341-370.
    • Ruedi Ankli, Fierabras, Morguan, Pantagruel, in Per Cesare Bozzetti. Studi di letteratura e filologia italiana, dir. S. Albonico, A. Colomboni, G. Panizza et C. Vela, Milano, Mondadori, 1996, p. 151-173, en part. p. 152-166.
    • Francesco Montorsi, La mise en prose de Morgante il Gigante. Le ‘vieux roman’ et la croisade autour de 1517, in France-Italie (1490-1547) . L’Ante-Renaissance, dir. G. Polizzi, Réforme, Humanisme, Renaissance, n° 75, 2012, p. 29-40.
    • Francesco Montorsi, Morgant le géant (1519) face à la tradition du roman chevaleresque », in Original et originalité : aspects historiques, philologiques et littéraires, Actes du colloque international de Louvain-la-Neuve des 20, 21 et 22 mai 2010, dir. O. Delsaux et H. Haug, Louvain-la-Neuve, Presses Universitaires de Louvain, 2011, p. 129-138.
    • Les Traductions de l’italien en français au XVIe siècle, dir. J. Balsamo, V. Castiglione Minischetti et G. Dotoli, Fasano-Paris, Schena -Hermann, 2009, p. 344-346.

    Auteur : Pascale Mounier, Université de Caen Basse-Normandie

    Reproduction de pages de l’édition Lambany

    L’Hÿstoire de Morgant le geant

    Légende : Page de titre de l’édition de Morgant le geant de Jean Lambany, Lyon, 1529

    Titre de la publication: Morgant le geant

    Auteur : Luigi Pulci

    Lieu de publication : Lyon

    Imprimeur : Jean Lambany

    Date de publication : [1529]

    Feuillet : A1r

    L’Hÿstoire de Morgant le geant

    Légende : Colophon de l’édition de Morgant le geant de Jean Lambany, Lyon, 1529

    Titre : Morgant le geant

    Auteur : Luigi Pulci

    Lieu de publication : Lyon

    Imprimeur : Jean Lambany

    Date de publication : [1529]

    Feuillet : Q2r

    L’Hÿstoire de Morgant le geant

    Légende : Verso du dernier feuillet avec la marque de l’imprimeur Jean Lambany

    Titre : Morgant le geant, colophon

    Auteur : Luigi Pulci

    Lieu de publication : Lyon

    Imprimeur : Jean Lambany

    Date de publication : [1529]

    Feuillet : Q2v

    L’Hÿstoire de Morgant le geant

    Légende : L’Hÿstoire de Morgant le geant, de Jean Lambany, Lyon, 1529 : premier feuillet de la table des chapitres

    Titre : Morgant le geant

    Auteur : Luigi Pulci

    Lieu de publication : Lyon

    Imprimeur : Jean Lambany

    Date de publication : [1529]

    Feuillet : A2r

    Pour citer cet article

    Référence électronique

    Pascale Mounier, Morgant le Géant : un unicum à la bibliothèque, numelyo [en ligne], mis en ligne le 2013-08-07T13:48:13Z, modifié le 2013-08-07T15:02:42Z, consulté le 2017-12-12 19:13:13. URL : http://numelyo.bm-lyon.fr/BML:BML_00GOO01001THM0001legeant

    Logo Bibliothèque municipale de Lyon Logo Ville de Lyon