Henri de Toulouse-Lautrec, maître de l'affiche - Henri de Toulouse-Lautrec, maître de l'affiche - numelyo - bibliothèque numérique de Lyon
aller au menu | aller au moteur de recherche | aller au contenu

Bibliothèque municipale de Lyon | Ville de Lyon

Ajout à votre bibliothèque

Pour pouvoir ajouter ce document à votre bibliothèque numérique, vous devez avoir un compte numelyo.

Créez ou connectez-vous à votre compte

L'inscription est gratuite et vos données personnelles ne seront en aucun cas communiquées à des tiers ou utilisées à des fins commerciales.


Fermer

Téléchargement

Nous vous proposons de télécharger :

  • Télécharger le document
  • Fermer

    Partager


    Lien permanent vers cette page

    Partagez cette page sur les réseaux sociaux



    Fermer

    Contactez-nous



    Fermer

    aidez-nous à décrire ce document !

    Si vous pouvez nous apporter des précisions concernant une date, un lieu, les circonstances ou les personnes représentées, indiquez-les dans ce formulaire.

    N'hésitez pas à nous laisser votre nom et e-mail, ils ne seront pas rendus publics.

    Merci !



    Fermer

    Poser une question

    Si vous le souhaitez, vous pouvez poser une question relative à ce document aux bibliothécaires.

    Le service du "Guichet du Savoir" est chargé d'y répondre en moins de 72 heures.

    Rendez-vous sur www.guichetdusavoir.org pour poser votre question.

    Fermer

    Henri de Toulouse-Lautrec, maître de l'affiche

    C’était au physique un des êtres les plus disgraciés de la nature, une sorte de Quasimodo qu’on ne pouvait regarder sans rire. Est-ce à cause de cela qu’il prit l’humanité en grippe et s’appliqua, pendant les quelques années de sa vie artistique, à déformer, caricaturer, avilir tout ce qu’il prit comme modèle ?

    Ne pouvant espérer faire naître aucun sentiment, il se vengea de l’amour, s’acharnant à rendre ridicules, ignobles, crapuleuses ou trivialement obscènes les filles de Montmartre que d’autres auraient vues avec plus d’humanité et même une certaine pitié empreinte de poésie… ». C’est en ces mots cruels et peu nuancés que Jules Roques évoque dans Le Courrier français du 15 septembre 1901 la mort du peintre et affichiste, âgé de trente-sept ans seulement.

    Souffrant d’une maladie osseuse responsable d’un physique disgracieux, Henri de Toulouse-Lautrec semble avoir voulu prendre une revanche sur le destin en menant une vie nocturne aussi intense que brève. Sa fréquentation des cafés et cabarets a donné matière à la représentation d’un monde festif à jamais associé aux noms des vedettes de la nuit parisienne tels que la Goulue, Valentin le Désossé ou Aristide Bruant. Il ne se limite pas pour autant au seul monde du spectacle. Il débute dans l’art de la lithographie et de l’affiche en 1891 et va produire en dix ans plus de trois cent lithographies : affiches mais aussi menus, cartes d’invitation, couvertures de livres…

    Toulouse-Lautrec comprend parfaitement que l’affiche, vecteur avant tout commercial, est d’abord destinée à attirer le regard du passant. Il n’hésite pas pour cela à recourir à des procédés picturaux innovants : crudité des visages, déformation voulue pour rendre la figure plus expressive…

    L’affiche doit s’imposer à l’attention des gens par des effets irrésistibles. Il apprend donc à supprimer le détail superflu. Le modelé disparaît pour des fonds de couleurs en aplat. Sa virtuosité lui attire la reconnaissance de ses pairs et Jules Chéret, l’un des plus célèbres affichistes de l’époque, consacrera le peintre de la nuit parisienne par ce mot définitif : « Lautrec est un maître ».

    Pour citer cet article

    Référence électronique

    Gérald Andres, Henri de Toulouse-Lautrec, maître de l'affiche, numelyo [en ligne], mis en ligne le 2012-10-23T14:09:43Z, modifié le 2012-12-12T06:41:14Z, consulté le 2017-12-14 14:20:16. URL : http://numelyo.bm-lyon.fr/BML:BML_00GOO01001THM0001lautrec

    Logo Bibliothèque municipale de Lyon Logo Ville de Lyon