Car il convient tous mourir une fois... - Car il convient tous mourir une fois... - numelyo - bibliothèque numérique de Lyon
aller au menu | aller au moteur de recherche | aller au contenu

Bibliothèque municipale de Lyon | Ville de Lyon

Ajout à votre bibliothèque

Pour pouvoir ajouter ce document à votre bibliothèque numérique, vous devez avoir un compte numelyo.

Créez ou connectez-vous à votre compte

L'inscription est gratuite et vos données personnelles ne seront en aucun cas communiquées à des tiers ou utilisées à des fins commerciales.


Fermer

Téléchargement

Nous vous proposons de télécharger :

  • Télécharger le document
  • Fermer

    Partager


    Lien permanent vers cette page

    Partagez cette page sur les réseaux sociaux



    Fermer

    Contactez-nous



    Fermer

    aidez-nous à décrire ce document !

    Si vous pouvez nous apporter des précisions concernant une date, un lieu, les circonstances ou les personnes représentées, indiquez-les dans ce formulaire.

    N'hésitez pas à nous laisser votre nom et e-mail, ils ne seront pas rendus publics.

    Merci !



    Fermer

    Poser une question

    Si vous le souhaitez, vous pouvez poser une question relative à ce document aux bibliothécaires.

    Le service du "Guichet du Savoir" est chargé d'y répondre en moins de 72 heures.

    Rendez-vous sur www.guichetdusavoir.org pour poser votre question.

    Fermer

    "Car il convient tous mourir une fois..."

    « L’être humain sait qu’il mourra un jour car le Temps le fait passer de la naissance à la mort. De cette angoisse existentielle et universelle naîtrait l’imaginaire. » Gilbert Durand, Structures anthropologiques de l’imaginaire, 1960

    De l’Antiquité à nos jours, l’imaginaire de la mort s’est transformé au gré des croyances et des sensibilités. En Occident, le développement de l’imprimerie et de la gravure - vers 1455 - lui offre les moyens de se déployer pleinement, en mots et en images. Le thème de la mort donne lieu à des représentations littéraires et iconographiques particulièrement frappantes, pour les fidèles du temps comme pour le lecteur présent...

    La danse macabre ou danse des morts

    La Mort est une figure à la fois effrayante et fascinante. La danse macabre la met en scène dans un dialogue avec les vivants.

    1. « Mort n’espargne petit, ne grand » : les origines de la danse macabre

    2. La danse macabre d’Holbein : une aventure éditoriale lyonnaise et ses prolongements

    3. La survivance de la danse macabre (XVIIIe - XXe siècle)

    Les artes moriendi ou l’art du bien mourir à l’époque moderne

    Du XVe au XIXe, la littérature du bien mourir multiplie les succès de librairie. L’Église s’attache à l’encadrement des fidèles qui se préparent au grand passage.

    1. L’Ars moriendi primitif (XVe siècle - début du XVIe siècle)

    2. L’art de bien vivre et de bien mourir : le temps des préparations à la mort humanistes (XVIe siècle)

    3. Le bien mourir dans la littérature de piété du XVIIe siècle

    Détail du Frontispice du De arte bene moriendi..., de Robert Bellarmin, édition de 1634, (BmL, 802646, détail de la page de titre)

    Auteur du dossier : Juliette Pinçon

    Pour citer cet article

    Référence électronique

    Juliette Pinçon, Car il convient tous mourir une fois..., numelyo [en ligne], mis en ligne le 2015-01-19T10:08:19Z, modifié le 2015-04-01T07:23:37Z, consulté le 2018-11-16 01:53:17. URL : http://numelyo.bm-lyon.fr/BML:BML_00GOO01001THM0001ars_moriendi_1

    Logo Bibliothèque municipale de Lyon Logo Ville de Lyon