Les collections hébraïques anciennes - Les collections hébraïques anciennes - numelyo - bibliothèque numérique de Lyon
aller au menu | aller au moteur de recherche | aller au contenu

Bibliothèque municipale de Lyon | Ville de Lyon

Ajout à votre biblitothèque

Pour pouvoir ajouter ce document à votre bibliothèque numérique, vous devez avoir un compte numelyo.

Créez ou connectez-vous à votre compte

L'inscription est gratuite et vos données personnelles ne seront en aucun cas communiquées à des tiers ou utilisées à des fins commerciales.


Fermer

Téléchargement

Nous vous proposons de télécharger :

  • Télécharger le document
  • Fermer

    Partager


    Lien permanent vers cette page

    Partagez cette page sur les réseaux sociaux



    Fermer

    Contactez-nous



    Fermer

    aidez-nous à décrire ce document !

    Si vous pouvez nous apporter des précisions concernant une date, un lieu, les circonstances ou les personnes représentées, indiquez-les dans ce formulaire.

    N'hésitez pas à nous laisser votre nom et e-mail, ils ne seront pas rendus publics.

    Merci !



    Fermer

    Poser une question

    Si vous le souhaitez, vous pouvez poser une question relative à ce document aux bibliothécaires.

    Le service du "Guichet du Savoir" est chargé d'y répondre en moins de 72 heures.

    Rendez-vous sur www.guichetdusavoir.org pour poser votre question.

    Fermer

    Les collections hébraïques anciennes

    Avec l’humanisme et le retour aux textes de l’Antiquité, la Renaissance a mis en avant l’étude des langues anciennes notamment le latin, le grec et l’hébreu.

    Anglais ; Allemand

    Bible hébraïque. Hamishah Humshe Torah, 1525 (1528), BmL (327636)

    La connaissance de l’hébreu était en effet indispensable aux humanistes pour remonter aux sources des Ecritures ou pour accéder aux mystères de la Kabbale. Alors que plusieurs collèges « des trois langues » fleurissaient en Europe, dont le Collège royal à Paris, le consulat créait à Lyon le Collège de la Trinité où l’hébreu allait être enseigné à partir de 1540. De nombreux livres hébreux étaient alors imprimés à travers l’Europe pour satisfaire les besoins des communautés juives, en particulier en Italie, mais aussi pour permettre aux humanistes chrétiens en quête de « vérité hébraïque » d’apprendre la langue sainte. De même, l’araméen, la langue parlée par les contemporains du Christ a fait l’objet d’études et de publications.

    Les éditions contenant de l’hébreu imprimées à Lyon au seizième siècle ont récemment été inventoriées. Au même moment, à partir des marques diverses contenues dans les centaines de volumes en hébreu de ses collections anciennes, la bibliothèque reconstituait deux bibliothèques d’hébraisants apportées ou assemblées à Lyon à la Renaissance : celle du dominicain toscan Sante Pagnini (Lucques 1470- Lyon 1536) et du juriste lyonnais Pierre Bullioud (Lyon 1548- Paris 1597). Comme la personnalité respective de ces deux savants, leur bibliothèque de travail reflète deux époques de l’humanisme lyonnais :

    Le dominicain Sante Pagnini

    Sante Pagnini, Hebraicas institutiones, 1526, BmL (Rés 104639)

    Il a étudié les langues orientales au couvent de San Marco à Florence où il était un disciple du moine Savonarole. Devenu prieur, il a ensuite enseigné le grec et l’hébreu à Rome. Là, il a cotoyé les grands artistes du temps, dont Michel-Ange, ainsi que des savants et érudits, chrétiens ou juifs comme le grammairien Elie Lévita, qui allait influencer par ses travaux l’étude de l’hébreu au seizième siècle. A la mort du Pape Léon X, mécène et protecteur, Sante Pagnini s’est installé à Avignon puis à Lyon en 1526. Prêcheur éloquent, auteur d’une importante traduction de la Bible publiée à Lyon en 1528, il a contribué activement à la fondation de l’Hôpital de la Charité et Aumône générale de Lyon en 1534. Pédagogue, précurseur des études hébraïques à Lyon, il souhaitait y voir se développer l’étude des langues orientales.

    Johannes Reuchlin, De rudimentis Hebraicis, 1506, BmL (Rés 105462)

    Sa bibliothèque de travail en hébreu et en grec a été reconstituée à partir de ses annotations, identifiées cinquante ans après sa mort par le juriste hébraïsant lyonnais Pierre Bullioud (1548-1597). La plupart des livres de Pagnini sont demeurés au couvent des dominicains jusqu'à la Révolution. Une autre partie de sa bibliothèque a appartenu à Pierre Bullioud après des échanges avec les dominicains, puis a été donnée par François Bullioud au Collège de la Trinité en 1608-1610 avec les dizaines d'autres ouvrages en hébreu, en grec et en latin qui constituaient la bibliothèque de son père. Tous les volumes annotés par Sante Pagnini se sont trouvés ensuite réunis par les confiscations révolutionnaires dans la bibliothèque de la Ville. Avec la vingtaine de volumes de sa bibliothèque de travail, un manuscrit de la Concordance de la Bible hébraïque corrigé par Elie Lévita, et l’exemplaire du De rudimentis Hebraicis de l’humaniste Johannes Reuchlin, entièrement annotés par Pagnini, permettent de reconstruire la genèse de ses propres travaux.

    Hebraica de Sante Pagnini

    • Bible. A.T. (hébreu-araméen). Nevi'im a'haronim 'im targum ve-'im perush Radak-. Venise : Daniel Bomberg, 1517
    • Bible. A.T. Prophètes (hébreu). Nevi'im a'haronim im perush. Pesaro : Gershom Soncino, 1520
    • Bible (polyglotte). Alcalá. Biblia Complutensis : Vol. I. Alcalá : A. G. de Brocario, 1514
    • De rudimentis Hebraicis / Johannes Reuchlin . Pforzheim : Thomas Anshelm, 1506
    • Midrash Megillot. Pesaro : Gershom Soncino, 1519
    • Midrash Rabba. Constantinople : [s.n.], 1512
    • Perush ha-Torah / Moshe ben Nahman. - Pesaro : Gershom Soncino, 1514
    • Sefer ha-Zikhronot : Concordance de la Bible hébraïque / Elie Levita. [Rome, avant 1522]. 2 vols ms.

    Le procureur du roi Pierre Bullioud

    Reliure aux armes de la famille Bullioud, BmL (108897)

    Moïse Maimonide, Mishne Torah, 1551, BmL (Rés 21417)

    Il appartenait à l’une des grandes familles de la bourgeoisie lyonnaise. Humaniste et philologue, versé en langues orientales, il a assemblé les éditions en hébreu, grec ou latin données au Collège de la Trinité par son fils François en 1608-1610. Les inscriptions de sa main sur deux de ces ouvrages identifiant leur premier possesseur et annotateur comme Sante Pagnini, ont permis de reconstituer la bibliothèque de travail du dominicain ainsi que sa propre collection dans les fonds anciens de la Bibliothèque. Pendant les guerres de religion qui ont marqué Lyon et sa région, Pierre Bullioud, catholique fervent, a utilisé ses connaissances linguistiques et son prestige de savant contre les protestants.

    Sa collection d’environ 200 livres contenait une soixantaine de livres hébreux tout à fait remarquables : textes religieux, comme le Talmud babylonien [note] ou les Bibles imprimés à Venise par Daniel Bomberg, livres de Kabbale et ouvrages d’apprentissage de la langue hébraïque (grammaires, dictionnaires, etc.) Il a publié un commentaire sur les Evangiles à Lyon en 1596 et on sait par le manuscrit de son fils Pierre qu'il travaillait à une traduction des "100 bénédictions du Talmud". Devenu consul en 1596, il est mort à Paris l’année suivante, à 49 ans, au cours d'un voyage qu'il effectuait comme député de la Ville de Lyon auprès d'Henri IV.

    Hebraica de Pierre Bullioud

    • Arukh, Dictionarium Chaldaicum / Sebastian Münster. Bâle : J. Froben, 1527
    • Bet Israel ; En Ya‘akov / Jacob ben Salomon ibn Habib. Venise : G. Cavalli, 1566
    • Bible (polyglotte). Alcalá. Biblia Complutensis : Vol. I. Alcalá : A. G. de Brocario, 1514
    • Candelabri typici in Mosis Tabernaculo iussu diuino expressi breuis ac dilucida interpretatio / Guillaume Postel. Venise : [s. n.], 1548
    • De accentibus, et orthographia, linguae Hebraicae / Johannes Reuchlin. Haguenau : T. Anshelm, 1518
    • De paradiso commentarius scriptus ... / Moses Bar-Kepha ... trad. Du syriaque par Andreas Masius.. Anvers : C. Plantin, 1569
    • De rudimentis Hebraicis / Johannes Reuchlin. Pforzheim, T. Anshelm, 1506
    • Dictionarium Hebraicum nouum / Johann Forster. Bâle : H. Froben et N. Episcopius, 1557
    • de-lishon 'arami / Sebastian Münster. Bâle : J. Froben, 1527
    • Diqduqim eleh hem arbaah hiburim ... / ed. Elie Levita . Venise : D. Bomberg, 1546
    • Enchiridion expositionis vocabulorum : Haruch, Targhum, Midrascim, Berescith, Scemoth, Vaicra, Midbar Rabba … / Sante Pagnini. Rome, 1523
    • Fini Hadriani Fini Ferrariensis In Iudaeos flagellum ex Sacris Scripturis excerptum. Venise : Niccolini de Sabio, 1536
    • Gal’ed, Comparatio grammaticae Hebraicae et Aramicae / Corneille Bonaventure Bertram. Genève : E. Vignon, 1574
    • Grammatica Chaldaea et Syra / Immanuel Tremellius. Genève : H. Estienne, 1569
    • Hamishah Humshe Torah Pentateuque Megillot Haftarot, Venise : D. Bomberg, 1527
    • Hamishah Humshe Torah. Pentateuque Megillot Haftarot, Venise : D. Bomberg, 1547-1548 , 2 tomes
    • Hamishah Humshe Torah Pentateuque Megillot Haftarot = Hebraicus Pentateuchus Latinus / trad. Sebastian Münster. Venise : M.A. Giustiniani, 1551
    • Hamishah Humshe Torah Pentateuque Megillot Haftarot. Venise : C. Zanetti, 1566
    • Hebraicum alphabetum / Jehan Boulaese. Paris : M. Le Jeune, 1576
    • Institutiones in linguam Hebraicam / Jean Cinquarbres. Paris : M. Le Jeune, 1559
    • Institutiones in linguam sanctam / Martin Martinez. Paris : J. Bogard, 1548
    • Institutionum grammaticarum de lingua Hebraea / Theodor Bibliander. Zurich : C. Froschauer, 1535
    • Qitsur, sive Compendium / Jehan Boulaese. Paris : M. Le Jeune, 1566.
    • Luah ha-Diqduq = Tabula in grammaticen Hebraeam / Nicolas Clénard. Paris : M. Le Jeune, 1564
    • Marpe Lashon / Moise ben Shem Tov ibn Habib. Venise : D. Bomberg, 1546
    • Melekhet ha-Diqduq / Sebastian Munster. Bâle : H. Petri, 1542
    • Meturgeman = Lexicon Chaldaicum / Elie Lévita. Isny : P. Fagius, 1541
    • Midrash Megillot. Pesaro : G. Soncino, 1519
    • Midrash Rabba. Constantinople : [s. n.], 1512
    • Mikdash esrim we-arba sifre = Hebraica Biblia / trad. Sebastian Munster. Bâle : M. Isengrin et H. Petri, 1546
    • Mikneh Abram = Peculium Abrae grammatica / Abraham de Balmes. Venise : D. Bomberg, 1523
    • Mirkebet ha-mishneh / Isaac Abravanel. Sabbioneta : T. ben Eliezer Foà, 1551
    • Mishne Torah / Moïse Maïmonide. Venise : M. A. Giustiniani, 1551
    • Moreh Nevukhim / Moise Maimonide. Venise : A. Bragadin, 1551
    • Perush ha-milot ... id est, Exegesis sive Expositio dictionum Hebraicarum. Isny : P. Fagius, 1542
    • Perush ha-Torah / Moïse ben Nahman. Pesaro : G. Soncino, 1514
    • Perush ha-Torah / Moïse ben Nahman. Venise : M. A. Giustiniani, 1545
    • Perush ha-Torah / Bahya ben Asher ben Halava. Riva di Trento : J. Marcaria, 1558/1559
    • Perush ha-Torah / Lévi ben Gershom, dit Ralbag. Venise : D. Bomberg, 1547
    • Petah ohel moed / Rudimenta Hebraicae linguae … / Antoine Chevalier. Wittenberg : J. Krafft, 1574
    • Proverbiorum classes duae / Johannes Drusius. Franeker : G. van der Rade, 1590
    • Psalterium Hebraeum, Graecum, Arabicum et Chaldaeum, cum tribus latinis interpretationibus et glossis... Gêne : P.P. Porro, 1516
    • Qotser otsar leshon ha-qodesh / Epitome Thesauri linguae sanctae… / Sante Pagnini. Anvers : C. Plantin, 1578
    • efer: Commentarium Hebraicum rabbi David Kimhi in decem primos Psalmos Davidicos / Paul Fagius. Constance, 1544
    • Sefer darke leshon ha-qodesh / Liber viarum linguae sanctae Rabi Mosse Qimahi / Moïse Kimhi. Paris : G. de Gourmont, ca. 1520
    • Sefer ha-shorashim ... Dawid Qimhi linguae sanctae siue Dictionarium hebreum / Elie Levita. Venise : M. A.Giustiniani, 1546
    • Sefer ha-Tishbi / Elie Levita. Bâle [i.e. Isny] : P. Fagius, 1557
    • Sefer ha-Zohar / Crémone : V. Conti, 1559-1560
    • Sefer he-Arukh … / Nathan ben Yehiel. Venise: A. Bragadin, 1552 / 1553
    • Sefer ha-Harkavah / Elie Bahur Levita. Venise : D. Bomberg, 1546
    • Sefer hovot ha-Levavot / Bahya ben Josef. Venise : D. Bomberg, 1548. relié avec:
    • Sefer Imre noam / Ya'akov Dilyeskas. Crémone : V. Conti, 326 [1566]
    • Sefer Masoret ha-Masoret / Elie Levita. Bâle : H. Petri, 1539
    • Sefer Me'ir Nativ / Mordecai Nathan. Bâle : A. Froben, 1581
    • Sefer Meqor Hayim / Samuel Ibn Zarza. Mantoue : M. ben Ephraim de Padoue et J. ben Naftali Cohen ,1559
    • Sefer Mikhlol et Sefer ha-Shorashim / David Kimhi, ed. Par Elie Levita. Venise : D. Bomberg, 1546
    • Sefer Mitzwot Gadol / Moïse ben Jacob de Coucy. Venise : D. Bomberg, 1547
    • Sefer Ruth / Libellus Rut. Libellus Lamentationum Hieremiae. Libellus De Numeris Hebraica omnia. Paris : G. de Gourmont, ca. 1520
    • Sefer Shaare orah / Josef Gikatilla. Riva di Trento, [J. Marcaria], 1561 relié avec
    • Sefer Shaare tsedeq / Josef Gikatilla. Riva di Trento : [J. Marcaria], 1561
    • Sefer Tehilim im perush Rabi David Kimhi. Isny : P. Fagius, 1542
    • Sententiae uere elegantes, piae, miraeque, cum ad linguam discendam, tum animum pietate excolendum utiles, ueterum sapientum Hebraeorum, … / Paul Fagius. Isny : P. Fagius, 1541
    • Shiboley ha-lekhet / Zedekiah ben Abraham Anav. Venise : D. Bomberg, 1546
    • Siddur : Temunot Tehinot. Venise : G. di Gara, 1581.
    • Talmud bavli. Venise : D. Bomberg, 1520-1549. 9 vols. 41 traités
    • Tanya, sefer minhag abot. Mantoue : Samuel Latif, 1514
    • Tevat Noah, Grammatica linguae sanctae / Marco Marini. Bâle : Froben, 1580
    • Tsemah David / David ben Isaac de Pomis. Venise : G. di Gara, 1587.

    Le livre hébreu censuré : les collections des couvents lyonnais

    Une troisième collection remarquable de livres hébreux se reconstitue peu à peu à travers les fonds des grands couvents lyonnais entrés par les confiscations révolutionnaires dans la bibliothèque de la Ville. Parallèlement aux volumes encore utilisés pour l’enseignement de l’hébreu à Lyon au dix-septième siècle, quelques livres portent les marques de la censure papale qui a frappé les livres juifs à partir de 1550 dans plusieurs grandes villes italiennes : Venise, Rome, Mantoue, etc. avec notamment la crémation du Talmud. Bien que ces ouvrages portent de rares ex-libris ils ont appartenu à des familles juives de la péninsule tenues d’apporter leurs livres soupçonnés d’hérésie aux censeurs de l’inquisition afin d’en faire examiner et expurger le contenu. Plusieurs de ces ouvrages sont ainsi parvenus à Lyon des mains des censeurs du Saint-Siège dans les couvents lyonnais comme celui des Grands Augustins ou des Capucins de Saint-André.

    Isaac Abravanel, Perush ha-Torah, 1579, BmL (100094)

    Commentaire sur le Pentateuque. L'exemplaire a appartenu aux Grands Augustins de Lyon. Marques de censure du censeur Domenico Gerosolimitano, 1612, en latin et en hébreu et celles du censeur Petrus de Trevio "Fr. Petrus de Trevio expurg. deputatus, 1623".

    David ben Joseph Abudarham, Abudarham be-'zrat 'elohe kedem aokhen me-'oneh (...) ,1546, BmL (SJ E 669/113)

    Commentaire sur la liturgie. Signature du censeur de Rome Giovanni Domenico Vistorini: "Revisto per mi Gio. Domenico Vistorini, 1609" en fin d'ouvrage, au-dessus de la signature d'un autre censeur Hippolitus Ferrariensis"Fr. Hipp[olitu]s purgauit, 1601"

    Comparaison des signatures de Giovanni Domenico Vistorini

    Ces campagnes de censure ont eu lieu à répétition comme le montrent les dates et signatures des censeurs successifs. Les censeurs étaient pour la plupart des juifs convertis qui connaissaient bien l’hébreu. Ils étaient rémunérés pour ce travail par les communautés juives elles-mêmes. Certains d’entre eux sont bien connus pour leur zèle, comme Domenico Gerosolimitano, avant sa conversion rabbin Samuel Vivas de Jerusalem.

    Un autre censeur, Giovanni Domenico Vistorini, a « revu » en 1609 ce commentaire sur la liturgie d'Abudarham qui, comme beaucoup d’autres a fait l’objet de censure et d’expurgations. La même année il a laissé sa signature sur la célèbre Haggada de Sarajevo, un manuscrit illustré en Espagne au 14e siecle, décrivant le rituel de la Pâque, qui après avoir survécu à beaucoup d’autres vicissitudes, est devenu pour beaucoup un symbole de tolérance multiculturelle.

    Bibliographie

    • Les Eglises et le Talmud : ce que les Chrétiens savaient du judaïsme (XVIe-XIXe siècles), Daniel Tollet dir., Paris, P.U. P. Sorbonne, 2006
    • F. Secret, Les Kabbalistes chrétiens de la Renaissance, Paris, Dunod, 1964
    • L’Hébreu au temps de la Renaissance, Ilana Zinger éd., Leiden, New York, Köln, Brill, 1992
    • S. Baruchson Arbib, La culture livresque des Juifs d’Italie à la fin de la Renaissance, Paris, CNRS, 2001
    • Savoirs livresques et culture hébraïque : exposition 19 juin-30 septembre 2007. Nîmes : Carré d’Art Bibliothèque, 2007
    • Hebraica veritas : Christopher Plantin and the Christian Hebraists : catalogue to the exhibition "Hebraica veritas. Did God speak Hebrew?”: 16 May -17 August 2008. Albert van der Heide, ed., Antwerp, Plantin-Moretus Museum, 2007
    • Lyse Schwarzfuchs. L’hébreu dans le livre lyonnais au XVIe siècle : Inventaire chronologique. Lyon : ENS , Institut d’Histoire du Livre, 2008
    • D. Travier, "Un rare Talmud du XVIe siècle", Vincentiana, le Bulletin des Amis de l’Abbaye Saint-Vincent, n° 4 / octobre 2008, p. 3-10
    • Fausto Parente. Les Juifs et l'Eglise romaine à l'époque moderne (XVe-XVIIIe siècle). Paris m H. Champion, 2007
    • M. Hulvey, Les bibliothèques retrouvées de Sante Pagnini, dominicain de Lucques et de Pierre Bullioud, « gentil-homme » lyonnais : en hébreu et en grec …, Bulletin du bibliophile, 1, 2009, p. 79-106

    Logo Bibliothèque municipale de Lyon Logo Ville de Lyon