« Où sont les femmes ? » Le matrimoine à l’origine du partenariat entre la Bibliothèque municipale de Lyon et l’association Filactions - « Où sont les femmes ? » Le matrimoine à (...) - numelyo - bibliothèque numérique de Lyon
aller au menu | aller au moteur de recherche | aller au contenu

Bibliothèque municipale de Lyon | Ville de Lyon

Ajout à votre bibliothèque

Pour pouvoir ajouter ce document à votre bibliothèque numérique, vous devez avoir un compte numelyo.

Créez ou connectez-vous à votre compte

L'inscription est gratuite et vos données personnelles ne seront en aucun cas communiquées à des tiers ou utilisées à des fins commerciales.


Fermer

Téléchargement

Nous vous proposons de télécharger :

  • Télécharger le document
  • Fermer

    Partager


    Lien permanent vers cette page

    Partagez cette page sur les réseaux sociaux



    Fermer

    Contactez-nous



    Fermer

    aidez-nous à décrire ce document !

    Si vous pouvez nous apporter des précisions concernant une date, un lieu, les circonstances ou les personnes représentées, indiquez-les dans ce formulaire.

    N'hésitez pas à nous laisser votre nom et e-mail, ils ne seront pas rendus publics.

    Merci !



    Fermer

    Poser une question

    Si vous le souhaitez, vous pouvez poser une question relative à ce document aux bibliothécaires.

    Le service du "Guichet du Savoir" est chargé d'y répondre en moins de 72 heures.

    Rendez-vous sur www.guichetdusavoir.org pour poser votre question.

    Fermer

    « Où sont les femmes ? » Le matrimoine à l’origine du partenariat entre la Bibliothèque municipale de Lyon et l’association Filactions

    Festival "Brisons le Silence" contre les violences conjugales ©Association Filactions

    La signature en 2012 de la « Charte européenne pour l’égalité des femmes et des hommes dans la vie locale » par la Ville de Lyon a donné lieu (à l’heure où nous rédigeons) à deux Plans d’action, reposant notamment sur la collaboration d’acteurs et actrices de terrain aux compétences complémentaires. Ce dossier est ainsi le produit du partenariat entre l’association Filactions, spécialisée dans la prévention des violences faites aux femmes, et la Bibliothèque municipale de Lyon. Depuis 2009, Filactions propose les balades urbaines « Où sont les femmes ? » sur la presqu’île de Lyon. Faire connaître et mettre en lumière les femmes qui ont marqué l’histoire lyonnaise est objectif de ces visites. Ce travail de valorisation du matrimoine a donné naissance à la collaboration entre Filactions et la bibliothèque, ici, par le biais de numelyo, bibliothèque numérique, riche de documents témoignant de l’histoire locale des femmes.

    Nous vous proposons de remonter aux origines du partenariat. Les balades urbaines « Où sont les femmes ? » de Filactions ont évidemment trouvé leur écho dans numelyo, réservoir de ressources numérisées de la bibliothèque municipale de Lyon, mais plus largement au sein de la bibliothèque. Rédigés par l’association Filactions, les dossiers qui constituent la galerie de portraits ci-dessous reprennent l'intitulé « Où sont les femmes ? », créant ainsi un titre de série qui se décline en divers évènements, projets et ateliers au sein de Filactions et à la Bibliothèque municipale.

    La Bibliothèque municipale de Lyon

    Je me pose toujours la question : pourquoi aucune femme n’a-t-elle écrit un mot dans cette extraordinaire littérature, quand il semble qu’un homme sur deux s’est montré capable de composer une chanson ou un sonnet ? [...] Vraiment, j’aimerais aller jusqu’à supposer que cet Anon., qui écrivit tant de poèmes sans les signer, était souvent une femme.

    Virginia Woolf, Une Chambre à Soi.

    Le point G, département Civilisation, Bibliothèque de la Part-Dieu

    La Bibliothèque municipale de Lyon héberge depuis 2006 un service dédié aux questions de genre et de sexualités, Le Point G. Les collections de la bibliothèque, tant par leur ampleur que par leur profondeur, constituent un formidable réservoir de sources exploitables afin de rendre visible le matrimoine local, c’est-à-dire la contribution des femmes lyonnaises à notre histoire intellectuelle, artistique, technique, sociale... La tâche est objectivement ardue en raison des conditions et rôles sociaux historiquement réservés aux femmes, renforcés lorsqu’elles s’en affranchissent par l’effacement de leurs engagements et productions (absence de reconnaissance ou dévalorisation explicite).

    Tâche néanmoins passionnante et nécessaire tant pour notre édification que pour rendre aux femmes de toutes générations le plein sens de leur citoyenneté, reconnaître la légitimité de leurs aspirations, et la valeur de leurs actions ou créations.

    Travailler en collaboration avec l’association Filactions est apparu comme une évidence puisque la logique de valorisation de la bibliothèque rejoint l’objectif des balades urbaines de Filactions, qui œuvrent à une meilleure représentation des femmes dans l’espace public.

    L’association Filactions et la prévention des violences faites aux femmes

    Aujourd’hui en France, c’est une femme qui meurt tous les trois jours sous les coups de son conjoint ou ex-conjoint – et beaucoup d’enfants aussi. D’après le conseil de l’Europe, les violences conjugales représentent la première cause de mortalité pour les femmes de moins de 60 ans.

    La violence à l’encontre des femmes n’est pas un hasard. C’est un phénomène de société qui touche toutes les catégories sociales, tous les âges, toutes les origines culturelles. Les violences sexistes prennent diverses formes - verbales, psychologiques, sexuelles, physiques – et ont lieu dans toutes les sphères sociales -à l’école, au travail, sur les réseaux sociaux, dans la rue, dans la famille, et dans le couple. C’est un véritable enjeu de santé publique, et il est nécessaire d’agir en amont des violences pour réduire le risque qu’elles adviennent.

    C’est dans cette idée que Filactions est née en 2004 afin de prévenir les violences sexistes et conjugales en travaillant l’égalité auprès des jeunes, du grand public et des professionnel·le·s.

    Ainsi nous avons développé nos actions autour de trois axes principaux :

    Il y a un continuum de violences faites aux femmes : certaines sont plutôt flagrantes comme les violences physiques et le harcèlement de rue, d’autres le sont moins comme le langage sexiste ou encore l’inégale présence des femmes par rapport aux hommes dans la culture. Toutes les violences sexistes sont reliées et issues du même système patriarcal, qui a historiquement imposé un statut inférieur aux femmes.

    Balade urbaine à Lyon "Où sont les femmes ?". ©Association Filactions Balade urbaine à Lyon "Où sont les femmes ?". ©Association Filactions

    Prévenir les violences faites aux femmes, c’est aussi agir contre l’invisibilisation des femmes. C’est pourquoi depuis 2009, Filactions propose les balades urbaines « Où sont les femmes ? » dans le 1er et 2e arrondissement de Lyon dans l’idée mettre en lumière les femmes qui ont marqué l’histoire lyonnaise. Construire l’égalité, c’est aussi redonner une place historique et culturelle aux femmes. Ces balades revalorisent ce qui a été accompli : les luttes sociales et politiques des femmes mais aussi toutes leurs productions artistiques et culturelles. C’est aussi un bon moyen d’inspirer les femmes d’aujourd’hui en leur montrant les modèles de réussite de leurs aïeules et contemporaines.

    Dans les articles publiés sur numelyo, vous allez retrouver certains portraits de nos balades : Julie-Victoire Daubié, Eugénie Brazier, Marcelline Desbordes-Valmore, la Reine des tilleuls, Clothilde Bizolon, Juliette Récamier.

    Nous vous souhaitons une belle découverte, et si vous souhaitez approfondir le sujet, vous pouvez venir découvrir in vivo d’autres portraits de Femmes lors de nos balades urbaines. Plus d’informations sur notre site www.filactions.org ou sur Facebook Filactions Asso.

    Le matrimoine

    Nous choisissons d’utiliser le mot de « matrimoine » pour parler de l’héritage commun culturel de notre pays en montrant que des Femmes ont marqué notre Histoire et font partie intégrante de cet héritage.

    L’Histoire et la façon dont elle est écrite n’est pas neutre, elle est écrite par les personnes qui ont le pouvoir de l’écrire. Elle reflète le contexte patriarcal dans lequel elle a été écrite. Ainsi elle n’accorde pas la même visibilité aux femmes et aux hommes. Utilisons en exemple l’inégale représentation des femmes pour les noms des rues, qui sont à plus de 90% masculins.

    De tout temps, de nombreuses femmes ont accompli de grandes choses mais leurs histoires et leurs parcours sont tombés dans l’oubli. C’est pour ré-équilibrer cette inégalité que Filactions a décidé de créer les parcours « Où sont les femmes ? », mettant en lumière le matrimoine lyonnais.

    Aller plus loin :

    Chiffres sur les inégalités

    L’écriture inclusive

    Nous avons choisi de rédiger nos textes en utilisant une écriture inclusive, permettant une représentation égalitaire des femmes et des hommes.

    Notre langue a une histoire, elle est en permanente évolution. Comme l’ont montré les recherches de l’historienne Elianne Viennot, des termes comme « autrice », « doctoresse » ou « philosophesse » étaient utilisés avant le XVIIe siècle, mais ont progressivement disparu sous l’influence des membres de l’Académie Française. Aussi, la règle de l’accord de proximité a été remplacée par la règle du « masculin l’emporte sur le féminin » sous l’avis d’un de leur membre, Nicolas Beauzée, sous prétexte que le genre masculin est réputé plus noble que le féminin, à cause de la supériorité du mâle sur la femelle. Notre langue s’inscrit dans un contexte patriarcal qu’elle reflète et dont elle renforce les rapports sociaux de sexe.

    Il est important de questionner le vocabulaire que nous utilisons car les mots sont performatifs et ont des conséquences sur notre façon de penser le monde, de se projeter, d’imaginer les possibles. L’énigme du chirurgien montre qu’il est difficile de penser l’existence des femmes lorsque l’on parle au masculin.

    Ainsi, la langue formate notre façon de penser et a des conséquences sur la manière dont se construit l’égalité femmes-hommes.

    Nous choisissons d’utiliser une écriture égalitaire, ce qui consiste à :

    • Utiliser le féminin des noms de métiers, grades, fonctions
    • Ne pas utiliser le masculin neutre. Par exemple parler des « droits humains » plutôt que des « droits de l’Homme »
    • Faire apparaître le féminin et le masculin lorsque l’on parle de groupes composés de femmes et d’hommes. Par exemple parler des « étudiantes et étudiants » ou utiliser l’écriture avec des points médians : les étudiant·e·s
    • Utiliser des termes épicènes plutôt que le masculin : par exemple parler de « corps enseignant » plutôt que des « enseignants ».

    Aller plus loin :

    Le site Ecriture Inclusive permet d’apprendre à utiliser cette écriture non discriminante.

    Micro-trottoir : l’énigme du chirurgien, de l'association EgaliGone : L’énigme du chirurgien, montre qu’en parlant au masculin d’un métier, il est beaucoup plus difficile d’imaginer que la personne incarnant ce métier soit une femme. Utiliser le féminin et le masculin pour les noms de métier permet aux filles et garçons de mieux se projeter et s’imaginer dans tous les métiers.

    Pour citer cet article

    Référence électronique

    Association Filactions
    Bibliothèque municipale de Lyon, « Où sont les femmes ? » Le matrimoine à l’origine du partenariat entre la Bibliothèque municipale de Lyon et l’association Filactions, numelyo [en ligne], mis en ligne le 2018-02-06T11:06:34Z, modifié le 2018-03-06T08:23:06Z, consulté le 2018-09-21 19:54:38. URL : http://numelyo.bm-lyon.fr/BML:BML_00GOO01001THM0001Assofilactions_01

    Logo Bibliothèque municipale de Lyon Logo Ville de Lyon