Un mécène « magnifique et révérend » : Guichard De Rovedis De Pavie, Prieur De Montrottier - Un mécène « magnifique et révérend » : (...) - numelyo - bibliothèque numérique de Lyon
aller au menu | aller au moteur de recherche | aller au contenu

Bibliothèque municipale de Lyon | Ville de Lyon

Ajout à votre bibliothèque

Pour pouvoir ajouter ce document à votre bibliothèque numérique, vous devez avoir un compte numelyo.

Créez ou connectez-vous à votre compte

L'inscription est gratuite et vos données personnelles ne seront en aucun cas communiquées à des tiers ou utilisées à des fins commerciales.


Fermer

Téléchargement

Nous vous proposons de télécharger :

  • Télécharger le document
  • Fermer

    Partager


    Lien permanent vers cette page

    Partagez cette page sur les réseaux sociaux



    Fermer

    Contactez-nous



    Fermer

    aidez-nous à décrire ce document !

    Si vous pouvez nous apporter des précisions concernant une date, un lieu, les circonstances ou les personnes représentées, indiquez-les dans ce formulaire.

    N'hésitez pas à nous laisser votre nom et e-mail, ils ne seront pas rendus publics.

    Merci !



    Fermer

    Poser une question

    Si vous le souhaitez, vous pouvez poser une question relative à ce document aux bibliothécaires.

    Le service du "Guichet du Savoir" est chargé d'y répondre en moins de 72 heures.

    Rendez-vous sur www.guichetdusavoir.org pour poser votre question.

    Fermer

    Un mécène « magnifique et révérend » : Guichard de Rovedis de Pavie, prieur de Montrottier

    Retour au dossier : Quelques bibliothèques lyonnaises de la Renaissance

    Le prieuré de Montrottier, édifié par l’abbaye de Savigny vers 985 aux confins du Lyonnais et du Beaujolais, a connu plusieurs prieurs remarquables à la Renaissance.

    Avant l’humaniste Jean de Vauzelles au milieu du seizième siècle, c’est Guichard de Rovedis, originaire de Pavie et fils cadet de l’important médecin lyonnais Simon de Rovedis, qui a laissé une marque profonde sur le prieuré et le village de Montrottier. Docteur en droit, infirmier de l’abbaye d’Ainay, il dispose d’une fortune importante qu’il investit dans des œuvres pieuses comme la construction de la chapelle de la Vierge à l’abbaye d’Ainay, le financement de messes à Ainay et Saint-Nizier, la réparation de son prieuré de Montrottier ainsi que la décoration de livres luxueux à ses armes : « vairé d’or et de sinople ».

    Egalement prieur de Bellegarde, Guichard de Rovedis est de plus suffragant de l’archevêque de Lyon ce qui lui confère le titre traditionnel à Lyon d’ «Evêque de Damas ». Prélat important et mécène éclairé, il s’est assuré les services de Guillaume II Le Roy et de plusieurs autres artistes lyonnais pour faire enluminer des missels à son usage personnel et à celui de la chapelle qu’il venait de faire rénover à Montrottier. Cette chapelle fait toujours partie de l'église du village.

    La chapelle Notre-Dame de Montrottier, partie de l'actuelle église de Montrottier, rénovée par Guichard de Rovedis

    © Didier Nicole (Bibliothèque municipale de Lyon)

    Armes de Guichard de Rovedis de Pavie dans le Ms Coste 100

    © Didier Nicole (Bibliothèque municipale de Lyon)

    Armes de Guichard de Rovedis de Pavie sur un pilastre de la chapelle Notre-Dame de Montrottier

    © Didier Nicole (Bibliothèque municipale de Lyon)

    Montée au clocher de l'église de Montrottier avec l'inscription "Eccla Beate Marie prioratus S. Montistrotrerii" sous les armes de Guichard de Pavie

    © Didier Nicole (Bibliothèque municipale de Lyon)

    Il s'est également assuré les services du copiste Henri de Beaujardin qui avait auparavant travaillé sur les livres du mécène lyonnais Jean Machard. Les missels commandés par Guichard de Rovedis étaient manuscrits ou imprimés par Johann Neumeister à Lyon en 1487. Un de ces incunables, conservé à la Bibliothèque municipale de Lyon (Rés Inc 407), abondamment décoré à son nom et à ses armes, semble avoir été réservé à son usage personnel.

    Deux feuillets du Missel de Lyon imprimé par Johann Neumeister dont l’encadrement enluminé contient le nom « Guichardus de Pavye, Decretorum Doctor » et les armes de Guichard de Rovedis. Missel à l’usage de Lyon. Lyon : Johann Neumeister, 1487, f. 152v et 199r

    © Didier Nicole (Bibliothèque municipale de Lyon)

    Dans quelques manuscrits décorés et enluminés, une inscription spécifie que le livre a été copié à la main à partir d’un livre imprimé, une pratique encore courante au seizième siècle.

    Ms Coste 100, fol. 133v

    © Didier Nicole (Bibliothèque municipale de Lyon)

    Inscription signée G. de Pavie à la fin du Missel manuscrit. Ms. Coste 100, fol. 275v

    © Didier Nicole (Bibliothèque municipale de Lyon)

    Porte du quinzième siècle dans la sacristie du prieuré de Montrottier donnant sur la chapelle Notre-Dame

    © Bibliothèque municipale de Lyon

    Porte du quinzième siècle dans la sacristie du prieuré de Montrottier donnant sur la chapelle Notre-Dame

    © Bibliothèque municipale de Lyon

    A la fin du manuscrit Coste 100 conservé à la Bibliothèque municipale de Lyon, de qualité plus médiocre, probablement copié du Missel imprimé par Neumeister, une inscription en latin signée « G. de Pavie » précise le don de l’ouvrage à la chapelle du prieuré : Ce Missel à l’usage de Lyon, uniquement réservé à l’usage de la chapelle Notre-Dame du château ou prieuré de Montrottier et d’aucune autre, a été généreusement donné par le vénérable frère Guichard de Rovedis, docteur en décrets, humble prieur de l’illustre prieuré et château pré-cités.

    Une inscription dans un autre Missel manuscrit à l’usage de Lyon conservé à Paris (BNF, rés vélins 164) montre la libéralité du prieur. En effet le scribe y mentionne en 1515 le don considérable par Guichard de Pavie aux églises de Notre-Dame et de Saint-Martin de Montrottier, de six chasubles de soie, un calice de vermeil, deux missels écrits sur parchemin, et deux sur papier, un graduel sur parchemin et un retable, tous à ses armes, à l’exception d’une chasuble violette.

    Ces mêmes armes apparaissent encore à treize emplacements différents à Montrottier, en particulier dans la chapelle du prieuré où elles servent de pendant au monogramme du Christ en clé de voute et sont reproduites sur la plupart des pilastres.

    Armes de Guichard de Rovedis et monogramme du Christ en clé de voute dans la chapelle Notre-Dame de Montrottier

    © Bibliothèque municipale de Lyon

    Sur l’un des pilastres, les armes de Guichard de Pavie surmontent un visage sculpté dans la pierre, le seul représenté dans cette chapelle, qui pourrait bien être à l’effigie du prieur.

    Armes surmontant un visage, celui de Guichard de Rovedis ( ?), sur un des pilastres de la chapelle Notre-Dame de Montrottier

    © Bibliothèque municipale de Lyon

    Guichard de Pavie avait commandité d'autres beaux livres qui ont survécu, certains avec des inscriptions complémentaires.

    D’autres livres enluminés pour Guichard de Rovedis

    - Deux volumes manuscrits des œuvres de Saint Ambroise conservés à la Bibliothèque nationale d’Espagne (Sancto Ambrosio. Opera omnia. 1502 Cote : MSS/12 et 13 : V. 1 y 2) provenant du Chapitre de la cathédrale de Tolède, richement enluminés aux armes de Guichard de Rovedis, copiés par Henri de Beaujardin. A la fin du second volume, celui-ci mentionne que le volume a été complété le 4 juillet 1499 pour le « magnifique et révérend maître Guichard de Rovedis » (Ms 13, fol. 184).

    - Une Bible avec les commentaires de Hugues de Saint-Cher, datée de 1507-15011. Cet ouvrage, l’œuvre de plusieurs enlumineurs, est le plus richement orné de ceux qui ont survécu parmi les volumes connus de la bibliothèque de Guichard de Rovedis. Cette bible se trouve actuellement à Oxford, à la Bodleian Library (MS Canon Bibl Lat 65- 68, fol 226 ).

    - Un manuscrit des Epîtres de Saint Paul, d’apparence plus sobre, écrit par Henri de Beaujardin est conservé à la Bibliothèque de l’Arsenal à Paris (MS 292).

    Bibliographie

    - Elizabeth Burin. Jean Machard et Guichard de Rovedis : Clerical patrons and their manuscripts. Viator, 27, 1996, p. 189-214

    - Le clergé et les beaux livres : Manuscrits et mécènes ecclésiastiques à Lyon, vers l’an 1500 : Gryphe no. 5, 2002

    - Elizabeth Burin. Les livres enluminés lyonnais à la fin du Moyen-Age, Manuscrits médiévaux, de l’usage au trésor. 21 septembre-4 janvier 2002, p. 29-47

    - Elizabeh Burin. Manuscript illumination in Lyons, 1473-1530. Tornhout : Brepols, 2001.

    Les inscriptions du Missel Coste 100

    Vue de l’ancien cimetière à l’église de Saint-Martin-les-Périls

    © Didier Nicole (Bibliothèque municipale de Lyon)

    Vue de l’ancien cimetière à l’église de Saint-Martin-les-Périls

    © Didier Nicole (Bibliothèque municipale de Lyon)

    En plus de l’inscription signée « G. de Pavie » qui indique le don du Missel à la chapelle Notre-Dame de Montrottier, une inscription de 1516 mentionne la consécration du cimetière de Montrottier à l’église de Saint-Martin-les-Périls ainsi que celle de la Croix Matillon.

    Inscription au colophon mentionnant la consécration par Guichard de Pavie du cimetière et de la Croix Matillon à Montrottier. Ms. Coste 100, f. 275r et 275v.

    Transcription :

    L’an de notre Seigneur

    courant mil cinq cens et seize

    et le vii eme jour du moys

    de septembre en la presence

    de plusieurs gens a este

    consacre une partie

    du cimetiere de Sainct

    Martin de Montroctier

    par ung evesque nomme

    Guichard tenant a present le lieu

    de monseigneur François de Rouan (Rohan)

    comte et arcevesque de Lyon,

    et laquelle partie dudit

    cimetiere circuit et environ-

    ne icelluy. Et ce a este la cau-

    se de la clausure et muraille nouvellement

    par Jehan de Lorgneères

    dit Johannon, a present lumi-

    nier dudit lieu de Sainct

    Martin ediffee. Item

    et en appres incontinant

    icelle consecration dudit

    cimetiere faicte, ledit monseigneur

    levesque s’en est transporte

    au treyve appelle du lieu

    dit matillon ou a este

    faicte une croix de pierre

    roge aussi nouvellement

    construicte par l dit Johannon,

    luminier, laquelle

    croix icelluy evesque a

    beneicte et a donne et

    ouctroye a tous et ung

    chacun bons crestiens et

    crestiennes qui devote-

    ment diront devant icelle

    croix engenoulx le pater

    noster et ave maria :

    quarante jours de

    vray pardon les jours

    qui s’en suyvent :

    et premièrement, le

    jour de l’exaltation de la

    croix, quarante jours,

    Le jour de Pasques flo-

    ries appelle Rampault,

    quarante, Le Vendredi

    Sainct, quarante jours,

    Les troys jours de paques

    Resurrection notre seigneur

    par ung chacun jour,

    aultres quarante jours,

    Les troys jours de la

    penchecoste, semblable-

    ment par un aultre

    chascun jour quarante

    jours, Les cinq festes

    Notre-Dame, Aussi par et

    ung chacun jour d’icelle,

    aultres quarante jours.

    Le jour et solempnite

    de la translacion Monseigneur

    Sainct Martin patron

    de ceste presente eglise aultres

    quarante jours, Et

    le jour de la feste de l’inven-

    cion Saincte Croix,

    aultres quarante

    jours. Et lesquelles

    choses dessus dites, moy

    dessoubz signé ay veu

    et este present avec ledit

    luminier

    par deduit

    Yvonet Rechaigny

    La croix en pierre rouge au lieu-dit Matillon à Montrottier, consacrée par Guichard de Rovedis en 1516 d’après l’inscription dans le manuscrit Coste 100, f. 275-276, porte le nom de son constructeur « Johannon, luminier ».

    © Didier Nicole (Bibliothèque municipale de Lyon)

    Les informations contenues à la fin du Missel Coste 100 facilitent maintenant la lecture de l’inscription gravée au pied de la croix Matillon, endommagée par les intempéries : « L’an mil vc et xvi par Johannon luminier ».

    Une dernière inscription datée de 1539 évoque la célébration à Montrottier de la fête de Saint Roch, traditionnellement invoqué contre la peste.

    Inscription concernant la Fête de Saint Roch à Montrottier (Ms Coste 100 f. 276v)

    © Didier Nicole (Bibliothèque municipale de Lyon)

    Transcription :

    L’an mil cinq cent

    trente neuf par

    le gran peste qui

    feut et avoit fait

    et que par la voix

    et consentement

    de tous les parro-

    -issiens de ladite

    parroisse dudit mon-

    -troctier feut vouee

    fere et solempnellement

    fere et deffendre

    la feste de monseigneur

    Sainct Roch en ladite

    paroisse au tant

    comme la propre

    dimenche le jour

    quelle se trouve,

    sur poyne. Et

    ce feut faict ledit

    veu par messire

    Jehan de Vaux alors

    vicaire dudit lieu.

    Vu l’omniprésence de Guichard de Pavie à travers le village et le prieuré, la mairie de Montrottier et l’Association des amis de Saint-Martin consacrent une partie du parcours-découverte du patrimoine de la ville à l’évocation du prieur, une initiative que ce dernier aurait certainement approuvée.

    Pour citer cet article

    Référence électronique

    Monique Hulvey, Un mécène « magnifique et révérend » : Guichard De Rovedis De Pavie, Prieur De Montrottier, numelyo [en ligne], mis en ligne le 2013-11-21T14:17:05Z, modifié le 2014-09-29T08:45:43Z, consulté le 2017-08-20 11:34:08. URL : http://numelyo.bm-lyon.fr/BML:BML_00GOO01001THM0001montrottier

    Logo Bibliothèque municipale de Lyon Logo Ville de Lyon